Virée en pays bedik

Le village de Thiobo souffre du manque de matériels agricoles, pas de projets d’encadrement des femmes, les jeunes sans équipements sportifs ni ballons.

Thiobo est un village bedik situé à environ  24 Km au sud-ouest de Kédougou. Dans ce village de l’actuelle commune de Tomboronkoto, les populations s’activent principalement dans l’agriculture, l’élevage, la collecte et la commercialisation des produits de cueillette.

adamaDSC03207

A Thiobo, un seul puits foncé par des missionnaires, un moulin à mil, une case de santé et une école élémentaire dotée d’un forage constituent les principales infrastructures présentes dans ce village.

« Nous avions beaucoup souffert pour avoir ces infrastructures. Les missionnaires nous ont soutenus mais nous avons contribué. Nous  économisions l’argent que nous gagnions quand nous allions labourer le champ d’un voisin avec nos paires de bœufs. Certains parmi nous ont même vendu des chèvres, poulets et des moutons pour donner leur contribution » se souvient Mamba Samoura.

adamaDSC03214

 L’implantation du forage à l’école élémentaire pose une grande équation chez les habitants du village qui pour la plupart du temps se rabattent sur l’unique puits du village pour se ravitailler en eau.

L’agriculture encore à l’état archaïque

adamaDSC03170

S’activant principalement dans la culture du sorgho et de l’arachide, les cultivateurs  de Thiobo sont confrontés à un problème de matériels agricoles. « Nous sommes fatigués actuellement. Toutes les graines ont été semées. Nous n’avons que de l’outillage archaïque et la terre est difficile à cultiver..»a soutenu Tama Camara, cultivateur à Thiobo.

Des projets pour les femmes…

Les femmes de Thiobo souhaitent bénéficier de projets comme une alternative à la fermeture des diouras.

Nous demandons à l’Etat et aux partenaires de nous aider avec  des projets afin que nous puissions abandonner les diouras. Nous désertons souvent nos foyers pour aller dans le diouras de Tenkoto, Bantaco ou Tomboronkoto. Nous courons pour le bien-être de nos enfants et de nos époux. Si nous avions sur place de bons projets, nous allons tourner le dos aux diouras. Nous avons deux groupements de femmes à Thiobo, le groupement des femmes mariées et un groupement de femmes  célibataires » a plaidé Mme Fidèlement Camara

Un village soucieux de la scolarisation des enfants

Grâce à leur engagement en faveur dela scolarisation des enfants, les membres de l’association Obarar et les parents d’élèves ont initié un champ collectif de fonio. La récolte, les prélèvements  de 250 FCFA par parent d’élève, le soutien matériel de député Mamadou Hadji Cissé, actuel maire de Kédougou et le coup de main d’un partenaire leur ont permis de construire un foyer d’accueil pour les collégiens ressortissants de Thiobo et village voisins.

Des maillots et ballons pour la jeunesse

La jeunesse de Thiobo a également lancé un vibrant message au Mamadou Hadji Cissé, député du département de Kédougou.

adamaDSC03186

 «Nous demandons au député Mamadou Hadji Cissé de nous soutenir en maillots et ballons pour que nous puissions participer aux « navétanes » comme tous les jeunes des autres villages. Il nous avait promis cela et des lits et draps pour notre case de santé. Nous lui rappelons ses promesses. Nous attendons toujours qu’il les réalise. Tous les jeunes de Thiobo sont derrière lui » a précisé  Patrice Camara, jeune de Thiobo.

 61 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.