echosdescollines.com

Today view: 1 - Total View: 21

Saraya : Avec Plan International, le CDPE outille des volontaires de la protection de…

Téléchargez les fiches du PADAER II pour connaitre  ses modalités pour vous accompagner

Le Comité Départemental de Protection de l’Enfance (CDPE) de Saraya a organisé ce vendredi 11 Décembre 2020 à Moussala Mahinamine, à la frontière Sénégal /Mali une session de renforcement de capacités des volontaires, membres des Comités Villageois de Protection de l’Enfant (CVPE) et Comités de Quartiers de Protection de l’Enfant (CQPE).

Cette activité du Comité Départemental de Protection de l’Enfance (CDPE) de Saraya est appuyée par l’ONG Plan International dans le cadre du projet Renforcement de l’Appui à la Protection (RAP) financé par Affaires mondiales Canada et Plan international Canada.

 « Nous sommes ici à Moussala Mahinamine pour les besoins de la formation des membres des CVPE et CQPE pour la mise en œuvre d’activités de sensibilisation au niveau de leurs villages ou quartiers. Ce sont des binômes, des jeunes volontaires qui auront à faire des visites à domicile et des visites dans les sites d’exploitation de l’or ou dans tout autre lieu où les enfants sont susceptibles d’y être utilisés pour sensibiliser et livrer la bonne parole. La bonne parole, c’est de faire comprendre à la communauté que la place des enfants c’est à l’école et non dans les diouras, faire respecter les droits de l’enfant »a confié M Djiby Mballo, Chargé de projet de l’ONG Plan International dans le Département de Saraya.

Cette rencontre a mobilisé les à Moussala, les volontaires de l’axe Moussala, Kharakhéna, Gamba- Gamba, Sansamba et Kolya.

Ces volontaires auront à exécuter cette noble mission de sensibilisation auprès des employeurs des enfants (orpailleurs, transporteurs, restaurateurs et exploitants artisanaux) sur le travail des enfants et éventuellement sur d’autres sujets sensibles liés à la protection de l’enfant.

Les organisateurs de cet atelier ont mis à profit cette journée pour orienter les volontaires sur le contenu des messages et les supports de sensibilisation, les stratégies de communication interpersonnelle à déployer sur le terrain. Il leur a été recommandé d’aborder les différents sujets selon le groupe cible (transporteurs, restaurateurs, orpailleurs, exploitants artisanaux) en respectant strictement le droit et la dignité des enfants. 

Ces volontaires issus des CVPE et CQPE choisis de façon objective auront à effectuer des rencontres de sensibilisation et de soutien des enfants contre les pratiques néfastes, sur la problématique de l’exploitation des enfants par le travail et les solutions alternatives.

Ils auront à partager avec le maximum d’enfants sur le cadre juridique et les dispositions de la Loi sur l’EET, d’engager des discussions sur les risques, les implications et les conséquences pour le bien-être des enfants associés à chaque type de travail cité et gérer les discussions pour éviter à ce que les conditions de travail des enfants ne s’empirent .

Ensemble avec les membres de la communauté, ils essayeront d’identifier localement des solutions alternatives pour diminuer l’ampleur du phénomène et d’engager avec l’enfant et le parent une discussion afin d’établir un plan de réinsertion scolaire possible. Toutes les activités de sensibilisation seront organisées sous la coordination du CDPE.

«Ce projet doit être accueilli à bras ouvert dans les différentes localités. Nous allons rester dans le sillage du projet, faire comprendre aux parents que la place de l’enfant c’est à l’école. C’est seulement avec l’appui des, parents qu’on pourra arriver à un respect des droits de l’enfant. Nous sommes conscients des efforts qu’ils sont en train de faire, nous apport ne sera pas de trop pour que les enfants puissent s’épanouir davantage. Au côté de plan international, nous allons mener des activités de sensibilisation pour que les enfants puissent connaitre le bien-être qu’ils soient bien sécurisés » a promis M Idrissa Boubacar Gassama, Directeur de l’école de Sansamba.

Avec le soutien du CDPE, les enfants travailleurs dont le décrochage n’a pas duré seront réinsérés à l’école avec un appui en kits scolaires et les autres au niveau des classes passerelles.

 

Print Friendly, PDF & Email