Salouma Sadiakhou, un auteur, un enseignant modèle, un homme au service de sa communauté

A l’occasion de cette cérémonie de dédicace de l’œuvre de Salouma Sadiakhou intitulée : « La source bilatérale  suivi de La riposte », les regards se sont tournés sur le parcours de l’Homme.

Il a été pris par le secteur jeunesse comme parrain de la semaine régionale de la jeunesse, pour le secteur Education comme parrain de la journée Sambangalou Excellence .Pour la jeunesse d’aujourd’hui et la communauté, Salouma Sadiakhou constitue une référence. Trois dimensions qui ont marqué sa vie.

Salouma Sadiakhou, l’enseignant modèle :

Il est né en 1933 à Baraboye dans l’actuelle commune de Tomboronkoto (département de Kédougou) au Sénégal. Ayant obtenu son CEPE (Certificat de l’Enseignement Primaire Elémentaire) en 1948 donc à l’époque coloniale. Il rate l’entrée en sixième. Le Gouverneur de Saint Louis l’autorisa à titre exceptionnel, de passer l’examen. Salouma Sadiakhou ; s’est très tôt choisi comme vocation l’enseignement. Comprenez-bien qu’à cette époque, après l’administrateur blanc c’était l’enseignant qui avait le plus de prestige et de respect tant l’éducateur était conçu comme une personnalité presque sacrée.

Avec l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale en 1960, Salouma Sadiakhou, conscient qu’il faut participer à l’œuvre de construction nationale entama une carrière d’enseignant en se faisant recruter comme moniteur auxiliaire affecté à Salémata. Sa quête de savoir et d’expérience le mena successivement Saint-Louis en octobre 1968, il passa brillamment le CAM (Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Moniteur de l’Enseignement), le CEAP (Certificat Elémentaire d’Aptitude Pédagogique) et le CAP (Certificat d’Aptitude Pédagogique). Il sera ensuite successivement muté à Laminya, l’Ecole Régionale de Kédougou (actuelle école Bakary Dansokho), détaché à l’Inspection Départementale de l’Education de Kédougou puis comme Directeur de l’Ecole Bakary Seck où il prit sa retraite en 1990 après avoir reçu les félicitations du Ministre de l’Education Nationale et de l’Inspecteur Régional de Tambacounda. Durant 30 bonnes années, Salouma Sadiakhou s’est illustré comme enseignant modèle au service de son pays, de sa localité et de sa communauté.

Salouma Sadiakhou, l’homme de culture.

Après le CEPE, Salouma Sadiakhou suivit M Boubacar Diop ancien garde de l’administration coloniale à Thiès. Ayant découvert chez celui-ci les talents artistiques, M le Commandant de Lilles lui confia la gestion d’une grande bibliothèque ce qui favorisera l’éclosion d’un sublime goût pour la poésie. Parallèlement à cela, il fit des cours par correspondance à l’Ecole ABC de Rédaction et à l’Ecole des Sciences et des Arts de Paris.

Sadiakhou écrit alors plusieurs recueils de poèmes totalisant pas moins de 6000 vers. On peut citer : Les deux jours de l’Afrique, Les hymnes des bois d’Afrique, Sur la rive du Fleuve, Les mains fiancées, Le consentement vicié, Parole des idoles, Avec Mandela, Coût de baguette de la mémoire et un roman intitulé La sorcière de Magnan Kanty. Cette riche production lui valut à l’époque l’attribution de la Carte de membre des écrivains de Province en France. Ce riche héritage de plusieurs décennies de recherches et de sacrifice attend encore la publication qui en fera un riche outil au service des générations présentes et futures. Telle est l’invite lancée aux autorités afin que ce trésor inestimable soit sauvegardé à jamais.

Salouma Sadiakhou, un homme au service de sa communauté :

Toute cette expérience décrite s’est accompagnée par une implication active dans la vie communautaire. A plusieurs reprises Monsieur Sadiakhou a dirigé des ASC (Associations Sportives et Culturelles) pour contribuer à la transformation positive du milieu. L’expérience a commencé à  Thiès, s’est poursuivie à Tambacounda et à Kédougou.

Source comité scientifique Sambangalou Excellence

 63 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.