Politiciens, vous n’utiliserez plus les jeunes de Kédougou pour….

 L’AILE et la Fondation Konrad Adenauer ont réuni ces 17 et 18  janvier 2017 environ 80  jeunes de la région  à Dindéfélo dans un atelier de renforcement de capacités des jeunes sur une meilleure connaissance de « leur rôles dans les élections ».

LOGODSC_2174

Ils sont environ 80 jeunes venus des départements de Saraya, Salémata et Kédougou à prendre part à cet  atelier de renforcement de capacités. Les locaux du Centre d’Appui à l’Autopromotion Locale (CAAL) de Dindéfélo ont abrité cette rencontre. Dans cette initiative, l’Association Initiative d’Appui au Développement Local et à l’Environnement (AILE) a été soutenue par la Fondation Konrad Adenauer.

A l’entame de la cérémonie d’ouverture, M Carim Camara, en plus de décliner les objectifs de cet atelier a exhorté les jeunes à changer de posture par rapport à certains hommes politiques.

« Il s’agit à travers cette formation d’échanger avec vous, de renforcer vos capacités pour mieux participer aux prochaines élections. Pour cela, il  vous faudra transformer votre force en idées. La jeunesse doit être la vitrine de la région. Elle ne doit plus être utilisée  que dans le cadre de la violence. Les jeunes ont un rôle déterminant à jouer en période électorale. Je félicite tous les participants pour avoir effectué le déplacement à Dindéfélo » a-t-il précisé

M Thomas Volk, le tout nouveau  représentant résidant de la Fondation Konrad Adenauer, en plus de rappeler les objectifs et les actions de la FKA a apprécié à leur juste valeur le paysage de la région et l’hospitalité des habitants de Dindéfélo.

LOGODSC_2168

«  La FKA  est présente dans plus de 120 pays avec 90 bureaux dans le monde. Nous promouvons le dialogue permanent en les hommes. Nous plaçons l’homme au centre de notre philosophie, développons des réseaux actifs dans le secteur de l’économie, de la politique. Nous travaillons avec les institutions publiques, les institutions privées et nous accompagnons les collectivités. Satisfait de sa présence, une première fois » a-t-il soutenu

M Volk reviendra à la charge pour  ajouter « J’ai été  séduit par la culture d’accueil à Dindéfélo et par la beauté du paysage. Depuis 40 ans, nous soutenons des personnes engagées. Nous sommes  toujours aux côtés des jeunes, des femmes. Pour nous, la décentralisation est une question essentielle. C’est pourquoi, nous soutenons les efforts de la décentralisation »

Par la suite, en plus de déclarer ouvert l’atelier organisé sous le thème « Rôle de la jeunesse en période électorale », Mouhamadou Moustapha Thiandoum, en tant que facilitateur a mis en avant  le partage d’informations sur le processus électoral, les conditions pour être électeur ou candidat, les différents cas de figures  qui peuvent se présenter au cours des élections législatives, le calcul des suffrages, la proclamation des résultats entre autres.

LOGODSC_2172

Il a mis un  accent particulier a été mis sur la violence électorale tout en exhortant les jeunes à tourner le dos aux mauvaises pratiques.

« Il ne faudrait pas que les jeunes puissent s’immiscer dans la violence sous toutes ses formes. Des familles entières sont divisées à cause de la politique. Les jeunes ont un rôle primordial à jouer dans l’apaisement du climat social. Pour relever ce défi, il faudra mettre l’accent sur l’éducation, l’information, la sensibilisation et la formation sur les techniques de vote. L’Education n’est pas une étape  mais une dimension de la vie. Quelque soit l’âge, on doit pouvoir être éduqué » a recommandé M Mouhamadou Moustapha Thiandoum,  facilitateur par ailleurs sous-préfet de Bandafassi.

L’organisation de cet atelier a été saluée à sa juste valeur par les participants qui ont promis de tourner désormais la page sombres de la participation des jeunes en période électorale.

« L’AILE a réussi à mobiliser  tous les jeunes de la région. Cet atelier va renforcer la maturité politique chez les jeunes. Nous sommes persuadés que les politiciens ne s’intéressent aux jeunes qu’en période électorale. Ils nous utilisaient pour violenter nos frères, nos parents. Désormais, ces temps sont révolus. Nous allons continuer à démultiplier les informations reçues ici et nous promettons de changer la donne en participant de façon responsable aux prochaines échéances électorales. Les jeunes ne seront plus utilisés comme avant » a promis M Ousmane Mamadou Soumaré, président du Conseil Régional de la Jeunesse (CRJ) de Kédougou.

 49 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.