echosdescollines.com

Today view: 1 - Total View: 467

Le gouverneur de Kédougou, en colère « Amul Massaamba, amul Mademba, ku fi indy ko warta indy… »

M Saër Ndao, le gouverneur de la région de Kédougou est très remonté contre les individus malintentionnés qui bravent les interdits en rejoignant Kédougou par des points de passages non normalisés.

«Avant-hier, j’ai refoulé une vingtaine de personnes qui ont franchi la frontière par des voies contournées. Quand on les a interrogés individuellement, ils ont tous donné des adresses de Kédougou. Il y a une complicité des populations de Kédougou pour faire venir des gens que ce soit de Touba ou ailleurs. On ne va plus accepter cet état de fait. 

Désormais, tous les complices seront poursuivis. Il faut qu’on arrête cette complicité qui ne dit pas son nom. Les populations doivent être assez responsables. Jusque-là ce qui nous a sauvés à Kédougou, c’est la discipline des populations. Nous avons des populations très disciplinées qui respectent toutes les règles d’hygiène mais aussi la mise en œuvre du couvre-feu a été simple parce que les populations ont respecté. Mais s’il y a dans ce gros lot un petit groupe qui ne respecte pas il faut qu’on les dénonce, qu’on prenne des mesures contre ces gens-là. Celui qui pense qu’il peut passer par la frontière sans être pris, même une fois à Kédougou ou à Saraya on le prendra. Et là, on sera sévère.

On va poursuivre les complices qui les accueillent ici à Kédougou. Ça ne peut pas continuer. On n’est pas plus chanceux que les autres. On doit saisir cette chance en resserrant les rangs. Fermons les frontières ensemble parce qu’à coté, nos voisins n’ont pas mis en place le dispositif sanitaire que nous avons ici au Sénégal.

Si nous fermons les yeux, si nous acceptons en disant que c’est un parent. C’est un parent mais qui a eu la malchance de se retrouver de l’autre coté au mauvais moment. 

Faisons de sorte qu’on puisse regeler d’abord nos propres problèmes avant de tendre la main. Il faut que les gens arrêtent quand même de recevoir les gens ensuite venir dire ceci ou cela.

Nous n’avons pas les moyens de mettre les gens dans les hôtels pour les confiner, les prendre en charge, les soigner. Baala nga dimbaley, dengay dimbaley saa boopp. Que chacun prenne ses responsabilités. En tout cas, nous, nous prendrons nos responsabilités sur toute la ligne.Amul Masaamba amul Mademba ku fi indy ko warta indy bu nu ko djelé djelaaléleu. Soyons clairs. Bu feebaare nu fadj ko be mu weer. Bu weere gnu top ko   top le. Gnu fii dugu gnepp ammna ku ley djeuli »

Print Friendly, PDF & Email