Kédougou : Saviez-vous que la Caisse de solidarité des enseignants a sauvé des vies ?

En marge de la réunion des Directeurs de ce mercredi 26 octobre 2016, les Doyens Amadou Diallo et Djiby Makhassouba respectivement ordonnateur des dépenses et trésorier de la caisse de solidarité ont fait un plaidoyer pour relancer à nouveau cette caisse de solidarité flambeau a été transmis aux enseignants pour assurer la relève.

p1210734

L’idée de créer une caisse de solidarité des enseignants est née d’une situation  de la vie, une situation douloureuse. A l’époque, il fallait « rapatrier » la dépouille mortelle d’un enseignant de Landé Baityl décédé après un malaise. L’ancien département de Kédougou (actuelle région) comptait 200 enseignants. Face à cette situation, le corps enseignant a été obligé de tendre la main aux autres corps de métiers pour que  l’évacuation de la dépouille mortelle de ce collègue puisse être faite.

Au retour de ce voyage, la délégation a jugé nécessaire de créer une caisse de solidarité des enseignants afin de sauvegarder l’honneur et la dignité des enseignants. C’est ainsi que de fil en aiguille la caisse a été créée. Depuis lors, elle a  évolué en dents de scie avec des hauts et des bas. Cependant n grâce à la clairvoyance des doyens El hadj Amadou Diallo, Djibrilou Makhassouba, Ithiar Bidiar entre autres a permis à la caisse de solidarité de résister face aux « intempéries ».

p1210754

« La participation annuelle par enseignant était fixée à 1000 FCFA. C’est vraiment difficile de faire participer les enseignants  de tous les corps (élémentaire, moyen et du secondaire). Il faut essayer de contribuer dans cette caisse et souhaitant de ne jamais en bénéficier jusqu’ à la retraite. Avec cette caisse, nous avons réglé  les cas sociaux, les problèmes d’enseignants qui ont eu des problèmes avec la justice, des problèmes de gens qui n’ont rien mis dans la caisse. Nous avons ramené la dépouille mortelle d’enseignants » a-t-il confié.

Poursuivant son propos, El hadj Amadou Diallo s’est laissé dominer par une vive émotion en pensant à ses beaux jours d’enseignant et toute la lourdeur de ce noble métier.

« Moi, je n’ai pas de doute, je pense avoir bien rempli ma mission en tant qu’enseignant. Si j’ai des regrets, c’est par rapport à ceux qui sont passés à côté  de la réussite parce que je n’ai pas pu bien faire mon travail. Si nous sommes là aujourd’hui c’est pour voir les  voies et moyens  pour maintenir en vie la caisse de solidarité.  Certes, il y a encore des gens qui doivent de l’argent à la caisse mais nous sommes là pour rassembler les gens. Voyez les mesures  à prendre pour relancer cette caisse. Nous ne tendrons pas la main pour demander du carburant pour rapatrier des corps. S’il fallait insulter pour que la caisse vive, j’allais le faire. Comme un éducateur ne doit pas insulter je ne le ferai pas » a-t-il poursuivi dans une voix cassée  devenant de plus en plus inaudible.

Le relais a été vite repris par Doyen Djibrilou Makhassouba, le trésorier de la caisse de solidarité pour renforcer les propos de l’ordonnateur des dépenses.

p1210742

«  Nous avons pensé mettre en place cette caisse de solidarité pour ne pas s’afficher devant la population. Le corps enseignant est un corps à respecter. Nous avions présentement dans la caisse un montant de 347 800 FCFA. Il revient maintenant aux Directeurs d’écoles de faire le travail de sensibilisation pour relancer cette caisse de solidarité. La caisse ne prenait pas en charge des problèmes  liés à la moralité (usage de drogue). Nous faisions des prêts variant entre 5000 et 30 000 FCFA  aux enseignants. Des gens empruntaient pour régler des  problèmes de santé, des factures d’électricité. Pour les nouveaux administrateurs, il s’agit juste d’organiser une Assemblée Générale d’élire un nouveau bureau et de rédiger un PV qui va nous remplacer. C’est une caisse qui nous a emmenés de l’avant. C’est une caisse qui sauve des vies. Elle a fait  tâche d’huile à Salémata, Kédougou et Saraya » a-t-il confié.

p1210746

De façon symbolique le Doyen El hadj Amadou Diallo, l’ex-ordonnateur des dépenses a transmis de façon symbolique le carnet du compte de la caisse de solidarité des enseignants à Dr Bou Fall, Inspecteur de l’Education et de la Formation de Kédougou en attendant l’Assemblée Générale de renouvellement d’un nouveau bureau.

« Nous vous remercions beaucoup pour avoir servi le corps enseignant. Vous venez de nous donner des leçons de probité morale et d’honnêteté. J’engage les enseignants à convoquer  dans de brefs délais une assemblée générale pour installer un autre bureau » a-t-il recommandé.

 56 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.