Kédougou : Réouverture des sites d’orpaillage, Docteur Habib Ndiaye, le médecin chef de région prévient

« Si on doit rouvrir les sites d’orpaillage, cette réouverture ne devrait pas se faire en cette période  d’épidémie de fièvre Ebola dans la sous-région ».

Les diouras, malheur de Kédougou dans le domaine sanitaire

syllaDSC04126

« On ne peut pas mesurer l’impact économique de la fermeture des diouras. Entre 2009 et 2010, le taux de prévalence du VIH/Sida était de l’ordre de 0,3 et 0,4%. C’est à cause des diouras que ce taux de prévalence du VIH/Sida a atteint 1,7% entre 2013 et 1014.Grâce aux efforts des acteurs et des partenaires, ce taux est en train de baisser progressivement. L’hépatite E est venue s’ajouter à ce mal avec les problèmes d’approvisionnement en eau que nous connaissons dans les diouras. Il n’y a pas de réseau d’assainissement. Depuis la fermeture des diouras beaucoup d’orpailleurs sont rentrés chez eux. Avec aussi les efforts fournis par les volontaires de la Croix rouge et les agents du service d’hygiène, les cas d’hépatite E ont diminué. A Kédougou, il y a un grand nombre de puits. Beaucoup de ces puits sont proches des latrines et ne sont ni couverts ni entretenus. Il y a également des efforts à faire dans la sensibilisation et le traitement des eaux.» a souligné Docteur Ndiaye.

Attention aux rats, des risques  pour la peste…

syllaDSC04359

« Beaucoup de rats prolifèrent dans les placers. Nous avons beaucoup de craintes avec ces rats qui sont des nids de la peste. On doit prendre des dispositions pour éviter  que cette maladie  qui avait déjà été éradiquée ne surgisse à nouveau. Si jamais ça arrive ce serait  la population de Kédougou qui serait encore exposée. Déjà, la population de Kédougou paie un lourd tribut par rapport à ces maladies qui sévissent dans la région du fait de l’orpaillage traditionnel. Nous pensons au vih/Sida, à l’hépatite E… Si toutefois on doit rouvrir les sites d’orpaillage, cette réouverture ne devrait pas se faire en cette période  d’épidémie de fièvre Ebola dans la sous-région. Si nous ouvrons les sites d’orpaillage, c’est pour accueillir des gens qui nous viendront des pays infestés par EBOLA » a prévenu le Dr Habib Ndiaye, médecin chef de région.

 77 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.