Kédougou : Pour une ligne budgétaire « Protection de l’enfance »,la coordination régionale de la CONAFE ,plaide auprès des élus locaux

Pour la budgétisation sensible aux droits de l’enfant dans les collectivités locales, la coordination régionale de la CONAFE Kédougou vient d’achever une tournée de plaidoyer auprès des élus locaux des départements de Saraya et de Kédougou.

L’avènement de l’acte 3 de la décentralisation a engendré la création de nouvelles communes avec parfois l’arrivée de nouveaux élus locaux  à la tête de la plupart de ces collectivités locales.

Raison suffisante pour que  la coordination régionale de la  Coalition Nationale des Associations et Ong en Faveur de l’Enfant (CONAFE)  Kédougou fasse le plaidoyer auprès de ces élus pour une meilleure prise en charge de la question de l’enfance.

« Les conseillers ont toujours voté des budgets mais jusque là on ne voit nulle part une ligne destinée à la protection des droits de l’enfant.  Nous avons tous aujourd’hui une maladie, l’orpaillage notamment dans le département de Saraya. Avec tous les investissements que l’Etat fait dans l’Education, il est inconcevable que les salles de classes se vident au profit des placers. C’est pourquoi, nous avons initié cette campagne de plaidoyer pour que nous mutualisons nos efforts en vue d’une meilleure protection des droits de l’enfant» a précisé M Mor Khouma, le coordonnateur de l’observatoire décentralisé de la RADDHO à Kédougou

La langue locale a été un médium important pour véhiculer les messages aux élus  en vue d’une meilleure compréhension des enjeux. A Saraya, la question de l’orpaillage a été posée comme une activité qui entrave le droit à l’Education des enfants. A cela s’ajoutent les problèmes de prise en charge des frais de scolarité.

Sensibilisation et plaidoyer pour changer la situation

DSC03024

Au-delà de l’Education, la CONAFE embrasse d’autres thèmes spécifiques.

«Il y a des thèmes spécifiques identifiés par la CONAFE au niveau de la région c’est l’accès des enfants aux soins de santé gratuits, le retrait des enfants des sites d’orpaillage, l’Etat civil, les mariages et grossesses précoces .Nous faisons des activités de sensibilisation portées par les enfants eux-mêmes à travers des émissions radio, des causerie et le plaidoyer à travers des rencontres avec les élus locaux, les autorités administratives » a souligné M Dialiba Tandian, le coordonnateur régional de la CONAFE, par ailleurs manager général de KEOH.

Comme stratégies de collaboration, la coordination régionale de la CONAFE de Kédougou attend des élus locaux de Kédougou, des engagements en faveur  d’une prise en charge effective des questions  de protection de l’enfance ou l’expression de besoins en formation pour une budgétisation sensible aux droits de l’enfant.

Les élus locaux ont pris l’engagement de démultiplier les informations reçues au cours de cette réunion de plaidoyer.

L’enfance est au cœur des préoccupations des élus de Dimboli, Kédougou…

DSC03058

 

Après l’étape de Saraya, l’association KEOH, point focal de la CONAFE a réuni les maires des communes de Dimboli, Kédougou, Dindéfélo et Dakatély pour le même plaidoyer pour une budgétisation sensible aux droits de l’enfant.

Cette occasion a permis aux élus de poser sur la table, les véritables problèmes liés à la protection des droits de l’enfant dans leurs communes avant de prendre des engagements.

« Dans nos communes rurales, la scolarisation des enfants pose encore certains problemes.il ya les mariages précoces des filles, les coutumes sont là, les garçons sont soumis à d’autres travaux. C’est un grand combat, nous comptons sur cette collaboration pour sensibiliser nos parents pour qu’ils comprennent que les droits des enfants sont à respecter. Ces enfants sont appelés demain à diriger cette collectivité. Dans un conseil où 90% des conseillers sont analphabètes, c’est vraiment difficile » a soutenu M Fodé Keita, maire de la commune de Dimboli

Un accent particulier a été mis sur la couverture maladie universelle. Selon les témoignages recueillis sur place, l’application de cette mesure de l’Etat n’est pas encore effective dans le monde rural où beaucoup de gens n’y connaissent rien.

Mettre en place une commission protection de l’enfance….

Par ailleurs les élus ont trouvé nécessaire la mise sur pieds d’une commission  de protection de l’enfant dans leurs différentes collectivités locales.

« Je trouve injuste l’absence de commission de protection de l’enfant. Il faut qu’on prenne en compte les enfants de façon spécifique. On néglige l’épanouissement des enfants. Quand on fait des lotissements, on ne prévoit pas d’aménagements, des parcs de jeux  pour les enfants. Si on arrive à mettre en place une commission de protection de l’enfant, avec les fonds de dotation, on pourra trouver des moyens pour mieux prendre en charge cette question » a souligné M El hadj Bouraïma Traoré, représentant du maire de la commune de Kédougou.

Ils ont également fait échangé autour des certaines questions liées à la délivrance des pièces d’Etat civil dans les collectivités locales.

La CONAFE est une organisation qui œuvre pour la promotion, la défense des droits de l’enfant en conformité avec la constitution. La coordination régionale de Kédougou compte  continuer à travailler avec les autres organisations pour renforcer les actions en faveur de l’enfant  et agrandir ses bases  dans cette région.

 

 

 52 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.