Kédougou : Passation de service au  conseil municipal, Moustapha Guirassy, maire sortant brille par son absence

C’est Tama Bindia, 1er adjoint au maire sortant Moustapha Guirassy qui a passé ce jeudi 24 juillet 2014 les témoins à Mamadou Hadji Cissé, qui devient le huitième maire  de la commune de Kédougou.

oumouDSC02065

La salle de délibérations du conseil municipal de Kédougou a refusé du monde ce jeudi 24 juillet 2014. Les citoyens et militants du Pds sont venus nombreux assister à la passation de service entre l’équipe sortante et la nouvelle équipe municipale conduite par l’honorable député-maire Mamadou Hadji Cissé.

M Tama Bindia ,1er adjoint au maire de Kédougou, seul membre du bureau sortant a tenu à  remercier tous ceux qui ont œuvré pour l’accomplissement de leurs missions. Il s’agit entre autres des conseillers municipaux, le personnel communal, les partenaires institutionnels, le préfet, l’agent voyer, le receveur municipal, les militants de Waato Sita… Il a également loué les compétences de Mamadou Hadji Cissé sur qui les populations comptent désormais pour mener le bateau à bon port.

A l’entame de ses propos, il a demandé  à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire de Moussa Danfakha.

« Moussa Danfakha devait être ici parmi  nous mais le sort en a décidé autrement. C’est dur mais c’est la volonté divine nous prions pour lui que dieu l’accueille dans son paradis » a-t-il soutenu avant de poursuivre.

S’unir dans l’intérêt de Kédougou

oumouDSC02073

« C’est pour moi un réel plaisir d’être parmi vous. C’est Kédougou qui gagne. Le conseil municipal de Kédougou a été installé. Mon ambition pour le développement de Kédougou ne se fera pas sans le soutien des fils de Kédougou. Je lance un appel à l’ensemble des fils de Kédougou à s’unir autour de l’équipe municipale de Kédougou.  M le maire, nous avons les destinées de la commune mais nous comptons sur vous pour la continuité des projets pour le développement de Kédougou » a laissé entendre Mamadou Hadji Cissé, député maire de Kédougou.

Parler peu et agir bien.

« Les populations de Kédougou doivent changer de mentalités et savoir que tout un chacun a le devoir de participer au  développement de Kédougou. Dans les prochains jours, nous allons nous concerter et nous attaquer aux problèmes de Kédougou. Nous pensons à l’assainissement  de la commune, la réfection de la voierie, l’extension du réseau électrique et du  réseau d’eau. Un maire doit répondre aux préoccupations des populations ».

Il a également salué l’engagement de ses militants et des conseillers avant de les exhorter au travail. Des réunions de concertation axées sur les problèmes des quartiers sont prévues avec les délégués de quartiers.

Guirassy brille par son absence

Force est de signaler que l’absence de Moustapha Guirassy, maire sortant  à cette cérémonie de passation de service a été déplorée par beaucoup de citoyens. Le candidat de la coalition Waato Sita, a perdu la mairie de Kédougou qui vient de connaitre son huitième maire. Seuls quatre conseillers municipaux de l’équipe sortante ont assisté à cette cérémonie de passation de service présidée par M Habib Léon Ndiaye, préfet de Kédougou.

Rappel historique

Comme toutes les régions du Sénégal, Kédougou a une histoire. En effet Kédougou, mot d’origine sarakholé ki Kédougou c’est-à-dire  endroit destiné aux cultures est fondé vers 1825 par un laborieux homme Macirin Bâ. Cependant, d’autres sources révèlent que les terrains défrichés par Macirin Bâ faisaient l’objet de revendications de la part des Bedik de Landiény (près de Bandafassi) qui venaient y exploiter les rôniers pendant la saison sèche et se considéraient comme les maîtres du sol. Ce qui est admis même actuellement par les malinkés et les Peulhs de Kédougou.

Macirin Bâ demande aux maîtres de la terre d’accomplir certains rites : «Nous vous avons combattus et nous vous avons vaincus. Mais c’est vous les maîtres du sol et c’est à vous qu’il revient d’enterrer les gris-gris qui feront de cet endroit, un lieu de paix pour tous les hommes. » En creusant le sol, les Bedik auraient dit idugu : enterrer. Les esclaves auraient mal compris et répété kidugu, ce qui pourrait vouloir dire « village du travail », le nom serait ensuite devenu Kedugu : village des hommes, en malinké.

Huit maires depuis la communalisation de Kédougou

Ce n’est qu’en 1961 que Kédougou est érigée en commune et a connu les maires suivants : Premier maire Mady Cissokho de 1961 à 1968 .C’est lui qui a édifié le bâtiment de la mairie en 1964, la maison des jeunes (actuel cdeps) en 1961, l’aviation  et l’école municipale (actuelle école Ibrahima Danfakha). Deuxième maire : El hadj Mamoudou Cissokho  de 1968  à  1973 ,troisième maire El hadj Karamokho Diaby(de 1973  à 1975),quatrième maire Mamba  Guirassy (de1975 à1993),cinquième maire : Bocar Sidibé (de 1993  à  2002),sixième maire   Amath Dansokho( de  2002    à   2009),septième maire  Moustapha Guirassy (  de  2009     à    2014),huitième maire  Mamadou Hadji Cissé    à partir  de juillet  2014 .

 

 

 

 56 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.