echosdescollines.com

Today view: 1 - Total View: 43

Kédougou : Ndiormi - Plateau, 50 chefs de ménages occupent l’espace scolaire

L’extension de la carte scolaire dans la commune de Kédougou est devenue une exigence face au boom démographique. Le projet de construction du mur de clôture et de 3 salles de classe à l’école élémentaire de Ndiormi-Plateau va-t-il aboutir face à ces 50 chefs de ménages qui occupent les lieux ?

Pour rappel l’extension de la carte scolaire de la commune de Kédougou découle d’une forte recommandation de l’Inspecteur de l’Education et de la formation par ailleurs bras technique des élus en matière d’Education.

 

Ainsi, après le fonçage d’un forage à pompe solaire, le député-Maire Ousmane Sylla et son équipe ont décidé d’y injecter encore une enveloppe de 48 millions de FCFA soit 24 millions de FCFA pour la construction du mur de clôture et 24 millions pour la construction de 3 salles de classe.

 

La vision de l’Inspecteur de l’Education et de la formation de Kédougou est de désengorger l’école élémentaire de Gada-Dinguessou et à long terme d’y construire un autre collège et une case des tout-petits.

Hélas ! Des inquiétudes pèsent sur l’aboutissement heureux de ce projet. 50 chefs de ménages occupent l’espace scolaire. La délégation venue implanter les premières salles de classe a fait le constat. Le Maire et son équipe sont disposés à mettre en avant la concertation pour l’aboutissement heureux de ce projet d’extension de la carte scolaire.

Interpellé sur le rôle qu’il devait jouer pour empêcher l’occupation de cet espace dédié à l’école, le délégué de quartier a dégagé toute sa responsabilité.  Toutefois pour éviter tout conflit, il a tenu à organiser une réunion de concertation ce dimanche 21 Août à son domicile avec les individus concernés.

 

La plupart des habitants de Ndiormi se souviennent encore des désagréments causés par le lotissement antérieur de ce quartier. Les 50 chefs de ménages affirment n’avoir jamais reçu d’opposition pour s’installer en ces lieux. Ils pensent déjà aux préjudices qu’ils subiront au cours de leur éventuelle délocalisation.

D’autres proposent une indemnisation des 50 chefs de ménages à défaut une délocalisation du projet. Le délégué de quartier n’a pas manqué de tenir un langage de vérité aux 50 chefs de ménages concernés. Il leur a demandé de mettre en avant le dialogue et la concertation entre les différentes parties. Par ailleurs, il s’est engagé à plaider pour une issue heureuse de ce conflit en gestation.

Print Friendly, PDF & Email