echosdescollines.com

Today view: 1 - Total View: 44

Kédougou : Les journalistes initiés au fact-checking

Les  membres de l’Association des Journalistes de Kédougou (AJK) viennent de bénéficier d’atelier de renforcement de capacités sur le fact-checking. L’organisation de cet atelier a été entièrement financée par la Fondation Konrad Adenauer. Il s’est déroulé les 23 et 24 Mars 2021 à  Kédougou, à l’auberge Thomas  Sankara.

Cette session de formation a débuté par la cérémonie protocolaire qui a permis à différentes personnalités de s’exprimer sur l’importance d’une telle rencontre.

Ainsi, M Carim Camara secrétaire général de l’Association des Journalistes de Kédougou a attiré l’attention de ses confrères  sur la pléthore de fausses d’informations véhiculées à travers internet notamment sur les réseaux sociaux. Ainsi leur a-t-il demandé de toujours vérifier pour éviter d’être manipulés. M Camara s’est également félicité de la présence de Mme Caroline Hauptman, la nouvelle représentante résidente de la fondation Konrad Adenauer et Mme Ute Bocandé, la chargée de programmes pour leurs soutiens constants aux journalistes de la région de Kédougou.

Téléchargez les fiches du PADAER II pour connaitre  ses modalités pour vous accompagner

A sa suite, Mme Caroline Hauptman, nouvelle représentante résidente de la fondation Konrad Adenauer a profité de ce premier contact avec les journalistes de Kédougou pour se présenter à eux.

  «Je consomme des informations, j’adore lire, regarder la télé. J’aime les documentaires, la radio. Il y a des sites que je visite régulièrement. C’est très naturel. Il y a des mots clés que je retiens, je fais une sorte de présélection sur la manière dont l’information est traitée. En tant que  citoyenne je pose plusieurs questions à savoir comment faire pour trouver l’information correcte, une histoire qui capte le lecteur le spectateur. Comment faire pour informer le citoyen qui a droit à une information juste ? L’opinion, la parole et la liberté de presse doivent rimer avec responsabilité. Les journalistes ont beaucoup à partager. Pour promouvoir la démocratie, il faut des citoyens bien informés » 

 A défaut d’avoir le Maire de la commune de Kédougou et les représentants du commandement territorial (Gouverneur et Préfet), la cérémonie officielle d’ouverture a été présidée par M Sadio Dembélé, 1er vice-président du Conseil Départemental de Kédougou.

« Cet atelier d’initiation au fact-checking  révèle une importance capitale pour nous collectivités territoriales  dans la mesure où nous aurons accès à de bonnes informations pour mieux planifier nos actions.  Cet atelier est aussi utile pour vous les journalistes avec ce contexte de développement de plusieurs canaux d’informations notamment les réseaux sociaux. L’information est capitale pour une société en mutation. On a vu récemment ce que la manipulation des médias a créé récemment dans notre pays.  Le journaliste est appelé à faire la part des choses pour donner la bonne information. Nous saluons le dynamisme et l’engagement des journalistes, mention spéciale pour la fondation Konrad Adenauer » a-t-il dit.

Abordant le premier chapitre de la formation, M Assane Diagne, le formateur a mis l’accent sur un rappel du contexte, de l’historique du fact-checking en clarifiant quelques concepts.

Aujourd’hui les journalistes ont perdu le monopole de la diffusion de l’information. Le fact-checking est là pour aider les communautés dans le désordre, le chaos informationnel créé par les partisans des réseaux sociaux. C’est pourquoi a-t-il promis  de mettre à la disposition des participants des outils à adapter à leurs différents médias. Pour lui, le journaliste doit se démarquer du charretier et du maçon qui peuvent collecter et diffuser de l’information.

Print Friendly, PDF & Email