Kédougou : Les femmes conscientisées sur les arguments à brandir pour réduire les violences faites à leur encontre

Les membres du comité Genre Equité et Développement (GED) ont organisé ce jeudi 10 décembre 2015, une conférence marquant la clôture des 16 jours d’activisme contre les violences faites sur les femmes.

DSC06836

Cette année 2015 marque la 24ème  édition de la proclamation officielle par les Nations Unies  de la journée internationale pour l’élimination des violences faites à l’encontre des femmes.  Le thème phare de l’année est : « De la paix à la maison, à la paix  dans le monde, tous unis contre les violences faites sur les femmes ». C’est pourquoi, les membres du comité Genre Equité et Développement (GED) ont focalisé leurs actions sur la sensibilisation à travers une conférence animée par M Youssouph Diallo, le coordonnateur de la maison de justice de Kédougou.

« L’objectif recherché c’est de discerner de nouveaux moyens, de les employer dans cette campagne en vue d’instaurer des changements durables dans le domaine des violences basées sur le genre et de sensibiliser les populations, les décideurs publics, les communautés sur les phénomènes aggravant les violences à l’encontre des femmes et des filles » a indiqué Mme Dembélé née Tabara Cissokho, présidente du comité GED.

Les violences ne sont ni l’apanage d’une culture, d’une région, d’un pays. Pourtant  elles entrainent un énorme coût économique social et réduisent la contribution des femmes au développement, à la paix, à a sécurité. C’est dans ce sillage que M Youssouph Diallo, le conférencier a accentué son intervention pour conscientiser davantage les femmes, les filles sur la gravité des violences.

DSC06841

« La violence est la plus vieille manifestation des instincts de l’homme et ne date pas d’aujourd’hui. Cette initiative du comité GED est salutaire et elle mérite d’être vulgarisée. Il  est déplorable l’attitude de certains hommes qui refusent d’assumer leur responsabilité face à la grossesse d’une fille. Il faut accompagner les femmes, les victimes de ces types de  violences. C’est vraiment regrettable l’attitude d’un père de famille qui, au lieu de prendre en charge sa fille victime de grossesse, de la soulager, la renvoie de sa maison… » a-t-il soutenu.

M Youssouph Diallo a aussi pointé du doigt l’attitude de certains enseignants qui délivrent des notes sexuellement transmissibles à leurs élèves moyennant des parties de jambes en l’air. D’où la nécessité d’organiser périodiquement des séances de causeries dans les écoles et établissements scolaires pour sensibiliser les élèves sur  ces types de relations élèves/enseignants.

Un accent particulier a été mis sur les difficultés des femmes à accéder à la terre et aux moyens de production. Ce qui anéantit leur volonté à contribuer au développement de la région de Kédougou. Pour relever tous les défis à leur plein épanouissement, les femmes ont promis de continuer à combattre la violence sous toutes ses formes (économique, morale, physique). Et ce combat ne sera gagné que si les femmes sont unies et capables de se supporter mutuellement. La conscientisation de l’opinion publique contre ces violences se poursuivra à travers des séances de causeries dans les quartiers et villages de la région de Kédougou. Les membres du comité GED ont formulé des remerciements à l’endroit de KEOH et son partenaire stratégique Actionaid/Sénégal pour les soutiens constants apportés dans la mise en œuvre de leurs activités.

 55 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.