Kédougou : Les acteurs se concertent pour lutter efficacement contre les violences basées sur le genre

L’auberge Thomas Sankara a abrité ce mercredi 29 avril 2015 un atelier de partage sur les Procédures Opérationnelles Standards(POS) de prévention et de prise en charge des violences basées sur le genre (VBG). Les travaux ont été présidés par Samba Adolphe Sidibé, adjoint du préfet de Kédougou.

DSC01370

Au Sénégal, dans le secteur de la prévention et de la prise en charge des violences basées sur le genre, jusque là, les acteurs travaillaient isolément et les moyens étaient dispersés. Pour mettre fin à cette anarchie dans le secteur, l’Etat du Sénégal a bénéficié du programme conjoint « Eradication des violences basées dur le genre et la promotion des Droits Humains ». Ce programme a une durée de vie de 3 ans (2014 à 2017) et a été financé par cinq agences d’exécution du système des Nations Unies (SNU), ONUFEMMES, l’UNFPA, l’UNESCO, HCDH et l’UNICEF.

Pour atteindre les objectifs fixés, il a été mis en place des Procédures Opérationnelles Standards(POS) de prévention et de prise en charge des violences basées sur le genre (VBG).

DSC01382

« Le partage des POS était une forte recommandation formulée par Mme Aminata Touré, à l’époque 1er ministre, à l’occasion de l’atelier de partage et de validation. C’est pourquoi, nous avons décidé d’organiser dans chaque région ces ateliers pour partager les Procédures Opérationnelles Standards(POS) de prévention et de prise en charge des violences basées sur le genre (VBG). C’est le moment de recueillir vos préoccupations pour une meilleure prise en compte de vos spécificités dans les POS. Il y aura un atelier de validation au niveau national. Il est temps de protéger les femmes et contre les violences » a précisé Mme Ngom Coumba Thiam, directrice de la famille.

Ainsi M Samba Adolphe Sidibé, adjoint du préfet de Kédougou a salué à sa juste valeur l’organisation de cet atelier qui va améliorer la condition de vie humaine. « Ce sera un outil pour alimenter le document national. L’Etat veut que l’homme et la femme aient les mêmes chances et les mêmes droits » a-t-il ajouté.

Pour une meilleure prévention et prise en charge des violences basées sur le genre (VBG), il faudra relever certains défis. Ils tournent autour de la  cherté et la délivrance des certificats médicaux de complaisance, l’éloignement des structures de prise en charge, la gestion de la confidentialité.

 55 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.