Kédougou : Le Karité, une filière d’avenir pour les femmes

Le Programme régional d’aménagement intégré du massif du Fouta Djallon (PRAI-MFD) apporte progressivement des solutions aux problèmes de gestion durable des ressources naturelles. A Kédougou, grâce à l’appui et à l’encadrement de l’Association des femmes pour la Planète(AFP), les difficultés de production du Karité sont en train de devenir de vieux souvenirs pour les femmes de Samécouta et Kénioto.

Le Programme régional d’aménagement intégré du massif du Fouta Djallon (PRAI-MFD) a été mis en place par l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), en partenariat avec le PNUE, la FAO, l’UNESCO et l’UNSO. Ce programme concerne huit pays tributaires des eaux provenant du massif (la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et la Sierra Leone).

Le Projet de Gestion Intégrée des Ressources Naturelles du Massif du Fouta Djallon est l’un des tous premiers produits de ce grand programme PRAI-MFD, pour lequel le Sénégal intervient durant la première phase de 2009-2013 dans la région de Kédougou sur environ 26 000 Km² précisément dans les deux sites pilotes de Samécouta et de Syllacounda.

Les femmes de Samécouta et Kénioto, soulagées

DSCN8441 Les difficultés de production du Karité sont en train de devenir de vieux souvenirs pour les femmes de Samécouta et Kénioto. Grace à l’appui et à l’encadrement de l’Association des femmes pour la Planète(AFP), ces  femmes   sont plus que jamais soulagées et engagées pour apporter leur contribution à l’économie locale.

Cet appui de l’Association des Femmes pour la Planète consiste à introduire les opportunités de génération de revenus à partir des services des écosystèmes, notamment par la valorisation du Karité et d’autres espèces potentielles.

 Combattre la pauvreté

« Cette association a permis aux femmes de combattre la pauvreté et de bénéficier de la valeur ajoutée du produit qu’elles fabriquent. Par rapport au transfert de technologie, l’association des femmes pour la planète a mis en œuvre une unité de DSCN8452transformation du beurre de karité bio. Autrefois, les femmes peinaient pour produire du beurre de karité. Notre ambition c’est aussi de réduire la pénibilité du travail et augmenter le volume de production de Karité des gpf» a précisé M Moustapha Camara superviseur de l’unité de production du beurre «  karité jeema » basée à Kénioto.

Une unité spécifiquement gérée par des femmes

Aujourd’hui avec une semi-industrialisation de la production, les femmes de Kénioto parviennent à obtenir au moins 80 l de beurre par jour. C’est un beurre de karité de qualité supérieure inodore et bon à consommer.  Toujours imbues d’une volonté de sortir de cette précarité, les femmes  de Samécouta et Kénioto sont engagées à relever les défis de la collecte et de la transformation du karité.

DSCN8456« Cette unité de production de Karité est installée à Kénioto et gérée par des femmes bien formées dans le domaine. Nous sommes engagées pour relever les défis. En dehors de l’agriculture, nous ne connaissons que la collecte et la transformation du karité. Pour que notre projet marche, il faut que l’environnement soit préservé contre les feux de brousse et les abattages clandestins. Nous y veillerons» a confié Mme Fatou Sakho, la présidente du gpf de Kénioto.

La participation à l’atteinte des OMD, la contribution à l’élimination de l’extrême pauvreté à l’autonomisation des femmes, la préservation de  l’environnement, l’amélioration de la production sur le plan bio en vue de l’obtention d’une certification bio restent des objectifs globaux à atteindre par ce projet.

 

 85 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.