echosdescollines.com

Today view: 1 - Total View: 52

Kédougou : Journée Mondiale de lutte contre le VIH/SIDA célébrée à Mako

Téléchargez les fiches du PADAER II pour connaitre  ses modalités pour vous accompagner

Depuis quelques années, dans la commune de Tomboronkoto, Mako est devenu un village carrefour accueillant, des individus venus de divers horizons et de diverses nationalités. La journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA est une occasion pour conscientiser la communauté sur le VIH/SIDA, les infections sexuellement transmissibles. L’Administration du lycée s’est réjouie du choix porté sur son établissement pour abriter une telle manifestation.

« Nous nous réjouissons du choix porté sur notre lycée pour la célébration de la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA pour sensibiliser les élèves et les jeunes de la commune de Tomboronkoto sur le VIH/SIDA. Il y a un taux assez important de cas de VIH/SIDA dans notre région. La situation est grave à Kédougou surtout dans les sites d’orpaillage.  Mako est devenu un village carrefour. Cette journée de sensibilisation est importante pour les jeunes c’est pourquoi, nous les exhortons à retenir ce qui sera dit ici et à le transmettre aux autres» a souligné M Ousmane Barry, Proviseur du lycée de Mako

En plus de présenter le projet Dr Mamadou Fall, le Directeur de DAM CAM a appelé les adolescents et jeunes à s’engager dans la lutte contre le VIH/SIDA à travers la communication pour le changement de comportement

M Diouma Mady Cissokho, le coordonnateur de l’Inspection Médicale des Ecoles par ailleurs représentant de l’Inspecteur d’académie de Kédougou a magnifié cette activité qui selon lui reste une occasion pour sensibiliser les adolescents, une proie facile pour ces fléaux dans cette zone minière. Cette approche multi acteurs est la pertinente pour l’atteinte des objectifs du projet. Il a réitéré l’engagement de l’Inspection d’Académie à continuer à accompagner le projet Dam CAM.

Les prestations des rappeurs, un jeu de questions/réponses sur le VIH/SIDA, les IST et le coronavirus ont permis aux participants à mieux saisir les messages véhiculés. Les responsables du projet DAM CAM restent convaincus qu’il faut continuer la sensibilisation à outrance des communautés sur des questions de santé sexuelle et reproductive.

Print Friendly, PDF & Email