Kédougou : Encore un jeune tué par balle

Un match de football perturbé par l’assassinat de l’arbitre central à Sinthiouroudji.

Les habitants  de Sinthiouroudji village situé à environ 2 km au sud-ouest de Kédougou viennent d’être secoués par un fait rarissime «Ce samedi 27 septembre 2014 ,un jeune du village a été abattu sur le terrain de football, espace de fair-play, de paix et de conciliation ».

DSC04904

Le jeune  Mamadou Doudou Diallo, qui  purgeait une peine de 1 an à la Maison d’arrêt et Correction de Kédougou, avait fini par s’évader. En cavale depuis quelques jours, les pénitenciers étaient à ses trousses. Finalement il a été tué par balle ce  samedi pendant qu’il arbitrait un match de football à Sinthiouroudji. Selon les témoignages recueillis sur place la balle mortelle aurait été tirée par les pénitenciers qui étaient à ses trousses depuis son évasion de prison.

DSC04910

«  C’est vers les coups de 20 h qu’on m’a appelé de Sinthouiroudji pour me dire que des hommes sont venus pour appréhender mon jeune frère Doudou. Je ne sais pas si ce sont des pénitenciers ou des gendarmes, en tout cas ils ont tiré à bout portant sur lui. Il a été atteint au niveau de la nuque. A notre arrivée au village, nous l’avons aperçu baignant dans une mare de sang. Nous avons dit au chef de village que la dépouille mortelle ne pouvait pas rester là. Par la suite j’ai appelé le régisseur de la MAC de Kédougou qui m’a dit que c’était un accident. Les gendarmes et les sapeurs sont venus pour récupérer le corps » a souligné M Djiby Mbaye, frère ainé du défunt.

Informés, ses amis chauffeurs de taxi ont pris d’assaut le centre de santé de Kédougou pour regretter et fustiger la façon dont Doudou a été subitement arraché de leur affection.

DSC04907

« Nous avons tous vu le corps et voulons savoir si réellement Kédougou a des autorités. Nous sommes vraiment désolés et souhaiterons qu’on tire au clair cet assassinat. On ne comprend pas comment on peut tirer à bout portant sur quelqu’un qui n’est pas armé » a indiqué Ibrahima Bâ, taximan.

Si les témoignages recueillis sur le terrain sont justes, à Kédougou, les forces de sécurité auront entre leurs mains 3 morts (Sina Sidibé en Décembre 2008, Kécouta Sidibé en Aout 2012 et Mamadou Doudou Diallo en septembre 2014).

 55 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.