Kédougou : Atelier de prévention et de gestion des conflits dans les zones d’orpaillage, l’ong la Lumière tente de décrisper le climat social

Face à la volonté de l’Etat du Sénégal de fermer tous les sites d’orpaillage de la région de Kédougou, l’ong La Lumière se positionne en un véritable catalyseur des éventuels conflits qui pourraient survenir dans ces zones. A travers un  atelier de renforcement de capacités, les leaders communautaires sont sortis aguerris pour jouer correctement leurs rôles dans leurs communautés respectives.

En août 2013, l’ong la coalition nationale de la société civile organisait une caravane sur la gouvernance. Cela a permis aux DSC00180participants de recueillir le point de vue des différents protagonistes face au cas Niakhafiring suite à l’intention de la compagnie Teranga Gold d’effectuer des prospections dans  les cimetières. La coalition s’était également rendue à Dyabougou site d’orpaillage  fermé à la suite de la bagarre meurtrière entre burkinabés et maliens.

Réduire la vulnérabilité dans les zones minières

Cette recrudescence des conflits a poussé l’ong la lumière à solliciter un financement de la fondation OSIWA qui a accepté de contribuer à la réduction de la vulnérabilité dans les zones minières.

« Avec la fermeture actuelle des sites d’orpaillage, il y a des risques d’embrasement dans ces zones, c’est pourquoi, nous avions décidé d’organiser cet atelier de renforcement de capacités des tombouloumas , des chefs de villages et des leaders communautaires des sites fermés pour tuer en eux tout ce qui est propension à la révolte ,à la violence » a précisé M Ibrahima Sory Diallo, président de l’ong la Lumière.

Force est de préciser que  dans cette affaire, l’ong la lumière, en militante de la société civile campe sur  sa position.

Nous ne nous opposons pas à cette fermeture, mais…

DSC00179 « Nous allons continuer à engager un dialogue avec les communautés et tendre  la main à l’Etat pour de larges concertations. Nous ne sommes pas du tout contre de cette mesure régalienne de l’Etat qui vise à fermer les sites d’orpaillage pour pouvoir relancer les activités de façon  plus apaisée. Cependant, nous en déplorons la manière et surtout la période. L’ong la lumière va engager un rôle de catalyseur en privilégiant le dialogue horizontal et la concertation » a souligné M Diallo.

Vers la paralysie de toute une économie …

Il faut dire  qu’à travers cette mesure de fermeture des placers, les autorités visent entre autres, la  sécurisation de la région, le déplacement des orpailleurs vers les couloirs d’orpaillage définis, et le retour vers l’agriculture.

« Nous venons de donner des techniques agricoles aux orpailleurs .L’orpaillage nourrit des milliers de familles. Nous sommes d’accord qu’il faut l’organiser et le pérenniser. Une banque affirme avoir fait 103 milliards de transaction en une année. Avec l’orpaillage c’est un pole économique important qui était en train de se développer. Pour ne pas soigner le mal par le pire, il faut y aller doucement » a ajouté le président de l’ong la lumière.

Il reviendra à la charge pour décliner ses inquiétudes face à la situation qui guette les orpailleurs.

Plus de terres cultivables…

DSC00182«La reconversion ne serait pas facile. Il n’y a presque plus d’espace pour aller vers l’agriculture. S’il y a famine en ce moment quelle serait la responsabilité de l’Etat. On demande aux gens de stopper de sucer dans l’or que faut-il faire. Il faut que l’Etat mette en place des alternatives capables d’assurer le suivi pour gérer les conséquences d’une telle mesure » a-t-il confié.

Les Tombouloumas, les chefs de villages et les leaders communautaires ont pris l’engagement de prendre leur bâton de pèlerin  pour sillonner les différents sites  en faisant comprendre la dimension des choses car il ne s’agit point de se  retourner contre l’Etat mais d’essayer de l’amener ver de meilleurs sentiments.

Echosdescollines.com

 67 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.