Kédougou : A quand la fin de la souffrance des habitants  de Fadiga ?

Les habitants de Fadiga continuent à souffrir du manque d’eau malgré la volonté des femmes à s’activer dans des activités génératrices de revenus.

Fadiga, dans cet ancien village de reclassement social devenu quartier de la commune de Kédougou, les femmes ne veulent pas baisser les bras.

C’est pourquoi, elles s’activent principalement dans le maraichage en saison comme en hivernage. Leur jardin maraîcher se situe juste au sud-est de la concession du chef de village. Sur ce périmètre maraicher plus d’une centaine de femmes s’activent. Ce qui leur permet de satisfaire à la plupart de leurs besoins.

Le manque d’eau, un obstacle aux activités des femmes

DSC08765

« Nous souffrons du manque d’eau. Ce qui constitue un véritable obstacle à nos activités maraichères. En saison sèche, l’eau manque car la plupart des puits tarissent. Nous n’avons pas de grillage pour mettre à l’abri notre périmètre maraicher contre la dent du bétail » a souligné Mme Néné Sylla, présidente du groupement des femmes de Fadiga.

DSC08770

S’étendant sur une superficie d’environ 4ha, à perte de vue des planches de choux, salade, oignon, tomates, ornent le décor. Cela  justifie la qualité du travail abattu par les femmes de Fadiga.

Du matin au soir, les femmes s’activent à l’entretien des planches. Les unes groupées autour de chacun des quatre puits situés dans l’enceinte du jardin remontaient de l’eau, d’autres bassines en tête transportent l’eau pour l’arrosage des planches. Ce travail quotidien devenu une routine les inquiète

Le manque d’eau reste une question urgente à résoudre. C’est à Fadiga que le forage f4  a été installé pour assurer l’approvisionnement des autres quartiers de la commune de Kédougou en eau. Et pourtant  le quartier n’est pas connecté au réseau  à ce réseau. N’est-il pas temps de résoudre cette injustice ?

 47 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.