echosdescollines.com

Today view: 1 - Total View: 41

Ecoutez la RMC Radio Mobile des Collines

Cette femme veut sauver son enfant en gardant sa dignité...

Les membres de la famille Sixto viennent d’offrir à son jeune enfant vivant en situation de handicap, un fauteuil roulant. Ce don a été transmis par Saliou Kanté, le coordonnateur régional de la société LAGUNALDE en présence de M Aliou Bâ, président de l’association des jeunes handicapés de Kédougou.

Ramatoulaye Diallo, mère de 4 enfants orphelins dont un vivant en situation de handicap affronte la vie avec philosophie. Elle combat quotidiennement pour faire face à sa vulnérabilité.

« Je ne dispose pas d’assez de moyens. Je suis blanchisseuse. Je fais le linge et je repasse les habits pour des gens qui me paient au retour. Mon époux, le papa de Pathé est décédé. C’est un parent de mon défunt époux qui m’a épousée présentement. Mais ce dernier est un maitre d’école coranique qui a beaucoup d’enfants et peu de moyens. Mes parents ne sont pas nantis, il faudrait que je puisse me débrouiller » a-t-elle confié

Ne pouvant plus supporter toutes les charges familiales, elle a été contrainte d’ordonner à l’un de ses enfants d’abandonner l’école. Le jeune Pathé qui est maintenant collégien n’est pas prêt à baisser les bras face à ce handicap.

« Le jour où il ne parvient pas à se rendre à l’école. Il m’interpelle pour se plaindre non sans pleurer. A chaque fois, j’essaie de le consoler en lui disant de s’en remettre à la volonté divine » a rappelé Ramatoulaye Diallo

Malgré la persistance de sa maladie handicapante, le jeune Pathé veut dépendre de personne que ce soit. Néanmoins, sa maman le soutient tant soit peu.

« Je vais souvent dans le voisinage récupérer le cahier de sa camarade classe pour lui permettre de recopier les leçons. S’il ne parvient pas à finir se recopier, il se met à pleurer. J’essaie de le consoler et lui demandant de trouver quelqu’un qui pourrait l’aider. Il me disait toujours qu’il allait se débrouiller puisqu’on ne pourra pas l’aider continuellement. Sur le chemin de l’école, il se débrouille seul. A chaque fois qu’il tombe, il se relève et continue son chemin. Il sort de la maison avec des habits propres et arrive à l’école avec des habits sales » a-t-elle ajouté

Pour soulager son fils de ce mal persistant, la dame Ramatoulaye Diallo a tout tenté.

« J’ai tenté avec la médecine moderne sans résultat. Je me suis tournée vers la pharmacopée. Je me sers souvent des feuilles d’arbres. Je demande les services des charlatans. Même mon actuel époux qui est aussi marabout me conseille quelques remèdes »

C’est en ce sens que le coordonnateur régional de la société LAGUNALDE a réagi au nom de « Sixto et famille » pour répondre favorablement à l’appel de l’Association des handicapés de Kédougou. Un fauteuil roulant a été octroyé au jeune Pathé Souaré.

« Je suis convaincue que si ça continue comme ça vous pourrez bien me soutenir dans la prise en charge de mon enfant handicapé »

Aliou Bâ, le président de l’association des jeunes handicapés de Kédougou a apprécié à sa juste valeur cette initiative.

 « Je suis là pour remercier les membres de la famille Sixto pour ce qu’ils ont fait pour ce jeune adolescent de 15 ans qui avait vraiment besoin de ce fauteuil roulant. Nous leur tendons encore la main puisque nous rencontrons toujours ces genres de problèmes ici. Il y a toujours des adolescents ou des jeunes qui ont des problèmes de béquilles ou de fauteuils roulants. Ils ont également des problèmes dans leurs études, dans les frais d’inscription, les fournitures scolaires et autres. Nous leur tendons la main pour contribuer à l’éducation des enfants en situation de handicap » a-t-il laissé entendre.

Cependant, il va falloir dans les prochains jours rendre plus autonome le jeune Pathé Souaré en lui trouvant un autre moyen plus adapté à ses déplacements.

« Avec ce fauteuil roulant, il faudrait qu’il soit aidé par un autre accompagnateur. Seul, il ne pourra jamais se déplacer avec ce fauteuil roulant.  Ce n’est pas à chaque fois que les enfants seront disposés à vouloir aider Pathé. Et il n’a le même emploi du temps que la plupart des autres élèves. Si je l’amène à l’école le matin, si je suis empêchée, son retour à la maison risquerait d’être difficile »  a plaidé Ramatoulaye Diallo.

Print Friendly, PDF & Email