A Madina Kénioto, la prière des deux raakaas a été dirigée par l’imam El hadj Ousmane Diaby .il a mis un accent particulier  sur le comportement à avoir face aux recommandations divines quelque soit notre statut social.

A Madina Kénioto, village situé à 2 km au nord- est de la commune de Kédougou, c’est  l’imam El hadj Ansoumane Diaby qui a dirigé la prière des deux raakaas. La prière a démarré à 9 h peu après l’arrivée des autorités administratives représentées par M Moustapha Diaw, préfet de Kédougou

Dans son sermon, l’imam El hadj Ousmane Diaby a rappelé l’importance de la tabaski  et les conditions exigées pour le sacrifice du bélier avant d’exhorter les fidèles  au respect de la parole divine.

« Il faut avoir peur  de Dieu, croire en l’unicité  de dieu, entretenir de bonnes relations de voisinage et respecter les recommandations divines  sinon on paiera cher cette insoumission.  Quelque soit notre richesse ou notre position  sociale on  sera puni si on ne respecte pas les recommandations  de Dieu. Toute créature de Dieu est passible de sanctions.  Nous devons allier croyance et pratique de  la religion. Aujourd’hui, les femmes et les enfants dirigent les maisons. Ismaïl a été un fils exemplaire. A la place du sacrifice d’Ismail, Dieu a donné un mouton. Maintenant, on nous fait croire que le sacrifice est un acte déplorable » a-t-il dit.

Il a également formulé des prières pour la santé, le maintien de la paix, de l’unité, du partage et de la solidarité dans la région de Kédougou.

« Nous sommes porteurs du message de l’administration de façon générale. Cela traduit la parfaite entente entre les chefs religieux et les autorités administratives. Nous sollicitons des prières pour le président de la République, pour que le Sénégal puisse continuer à vivre dans la paix, pour que nous autorités administratives puissions avoir la force de répondre aux préoccupations des populations de Kédougou » a souligné M  Moustapha Diaw préfet de Kédougou porteur du message de l’administration.

En réponse au représentant de l’administration, l’imam El hadj Ousmane Diaby a magnifié la franche collaboration entre les chefs religieux et l’administration et surtout leur disponibilité à répondre aux préoccupations des communautés.

Print Friendly, PDF & Email