La classe sociale a clôturé ses journées culturelles ce samedi 6 mai 2017. Le thème retenu cette année est la solidarité et la tolérance. La cérémonie est déroulée dans l’enceinte de la classe sociale.

Les festivités ont démarré  par la levée des couleurs suivie du défilé des différentes troupes de danses traditionnelles (Bassari, Peul, Mandingue).Ces troupes ont visité la profondeur de leur culture et ont donné un beau spectacle dans l’enceinte de la cour en présence des élèves, des autorités administratives, des acteurs de l’éducation, entre autres. En effet, le show est poursuivi par une belle prestation de la troupe théâtrale sur le thème : « Maintien des filles à l’école et les mariages précoces », toujours d’actualité dans cette région.

Après ce spectacle qui a détendu toute cette marée humaine assise sur des chaises sous des tentes.

Parlant au nom de la présidente du Gouvernement scolaire empêchée, Moustapha Bâ a rendu hommage aux  professeurs :

« Vous êtes de braves combattants infatigables qui sont en train d’exhiber vos talents cachés. J’exhorte les élèves à se plier aux exigences des établissements car l’éducation est un investissement à long terme. Je ne cesse de remercier la SGO sur les bonnes actions qu’elle est en train de faire pour nous. Nous  prions pour qu’elle continue à soutenir l’APRK »

Il faut souligner que l’APRK n’a pas manqué d’honorer les anciens qui ont beaucoup œuvré pour la bonne marche l’éducation dans cette région. Il s’agit de Djibrilou Makhassouba, Kémokho Cissokho,  Fatoumata Diallo dit Coumba, Satan Founé Diaby, El hadj Saliou Diaby, Amadou Woury Diallo entre autres.

L’inspecteur Mamadou Ndiaye, dans son propos a emboité les pas de l’écrivain M Saloum Sadiakhou : « Le silence est une éloquence et nous inspecteurs aimons évaluer toujours un travail. J’ai retenu deux leçons .La première, c’est quand on a hissé le drapeau national qui montre le vivre ensemble au-delà de nos différences et de nos diversités culturelles et ethniques. Et la seconde, c’est d’avoir pensé à honorer les doyens  et doyennes. Il y a également l’accès équitable, donner une éducation de qualité aux enfants et aux adolescents. Donc l’APRK a incarné la classe sociale. »

La cérémonie  a été clôturée par un cocktail.

Yoro Diallo, stagiaire

 

Print Friendly, PDF & Email