Les correspondants régionaux de presse ont marché ce mercredi 3 Mai 2017  pour montrer à l’opinion les véritables goulots d’étranglement de ce corps de métier.

C’est sous un soleil d’aplomb que les correspondants de presse ou journalistes  évoluant simplement dans les organes de presse au niveau local à s’être mobilisé pour manifester leur ras-le-bol face à leurs difficiles conditions de travail.

Pancartes en mains, ils ont marché de la préfecture à la gouvernance de Kédougou scandant des slogans du genre « Non à la corruption », « A bas la violence contre la presse », « Oui à l’aide de la presse » entre autres.

A la gouvernance, un mémorandum a été lu par Mme Kadidia Diallo Cissé, chargée de programmes de la radio communautaire de Kédougou

Il faut dire que dans ce mémorandum, les journalistes dénoncent entre autres la précarité dans laquelle évoluent bon nombre d’organes de presse. Le refus délibéré de l’Etat de distribuer l’aide à la presse à tous les organes de presse, l’attribution nébuleuse des fréquences, la clochardisation des journalistes, le mépris  dont les des médias font l’objet, la gestion de la maison de la Presse par d’autres acteurs autres que ceux des médias et surtout la mainmise des lobbies sur certains organes de presse.

Pour une sortie de crise, les journalistes préconisent la mise en place d’un Plan national et d’un fonds de développement de la presse, l’adoption du code de la presse, l’instauration d’un mécanisme d’application du code de la presse et l’assainissement du secteur de la publicité.

Après avoir reçu le mémorandum, M William Manel, le Gouverneur de région  a promis, en présence de M Moustapha Diaw, Préfet de Kédougou de trouver des solutions à certaines doléances dépendant du niveau local.

« Je suis très heureux de vous recevoir en tant qu’acteurs de la presse en cette journée dédiée à liberté de la presse. Je voudrai souhaiter une bonne fête à tous les correspondants régionaux, à tous les hommes et dames des médias. Nous avons toujours entretenu des rapports cordiaux de considération réciproque et surtout d’investissement pour le développement de notre chère région. Nous avons écouté avec beaucoup d’attention la lecture de votre mémorandum. Je voudrai vous garantir qu’au plan régional, nous prendrons toutes les dispositions pour répondre à vos attentes. Pour les mesures qui ne dépendant pas seulement de la région, nous allons les transmettre à qui de droit ».

Print Friendly, PDF & Email