Le CDEPS a abrité ce samedi 29 avril 2017 un atelier de partage de l’avant projet du code de la pêche continentale.cet atelier  a été présidé par M Khadim Hann, Adjoint au Gouverneur chargé de Développement.

L’atelier à vu la participation des autorités administratives, des élus locaux, des acteurs de la pêche, de l’aquaculture, des agriculteurs et des éleveurs entre autres.

Pendant ces travaux on a eu une présentation sur les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers Applicables aux Terres, aux, Peches, et aux Forets dans le contexte de la Sécurité Alimentaire Nationale :

«Les présentes Directives volontaires ont pour vocation à devenir un document de référence et à fournir des indications qui permettront d’améliorer la gouvernance des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le but ultime de garantir la sécurité alimentaire pour tous et de promouvoir la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale. Elles accordent une attention particulière aux populations vulnérables et marginalisées. »

Il faut dire que ces présentes directives visent à améliorer la gouvernance foncière en fournissant des indications et des informations sur les pratiques acceptées au niveau international. Pour répondre à un intérêt croissant et très largement manifesté, la FAO et ses partenaires ont entrepris d’élaborer des directives pour une gouvernance foncière responsable.

La deuxième présentation a porté sur le « Projet de loi portant code de la pêche continentale et le projet de son décret d’application ».

« Cette rencontre est d’une importance capitale pour nous. Kédougou est une zone très enclavée et la rivière est très loin .Quand un pêcheur tombe en panne avec son vélo, il perd ses poissons. Nous avons aussi un problème de conservation des poissons. Nous ne savons pas quelles sont les mesures d’accompagnement pour les acteurs de la pêche de Kédougou ? »  a laissé entendre M Mayoro Dia, président du GIE des Mareyeurs de Kédougou

C’est dans cette même vaine que l’assistant technique et par ailleurs coordonnateur du projet (CNCR) au ministère de la pêche et de l’économie maritime M El hadji Thierno Cissé  a précisé  « C’est avec l’appui de la FAO  que nous avons pu mettre en place ces directives volontaires pour la gouvernance foncière. Cet atelier entre en droite ligne avec la réforme foncière que le gouvernement est en train de mener. Toutes les recommandations formulées au cours de ces échanges seront prises en compte. Il faut  développer une approche holistique pour éviter les impacts de l’exploitation minière. C’est dans cette optique que nous devons avoir une législation qui prend en compte tous ces aspects. »

Les échanges ont été fructueux et les débats, riches.

Yoro Diallo, stagiaire

Print Friendly, PDF & Email