A la levée du corps de Yamadou Sagna, ce mercredi 15 février 2017, le lieutenant colonel Moustapha Ndour le commandant de la légion Est de Gendarmerie a présenté publiquement les excuses de l’ensemble des forces de défense et de sécurité à la population de la région de Kédougou.

P1240331

« Nous sommes des êtres humains. Comme je le disais ça va être difficile de parler. Priez pour notre frère. C’est l’unique solution. Toute la nation repose sur vous. Nous présentons toutes nos excuses. Les douaniers  ne peuvent pas être présents ici parce qu’ils ont peur. S’il y a des problèmes, les sages sont là, nos pères sont là, les sages sont là. Là où, ils seront dans cette région, ne les touchez pas. Mon métier c’est d’assurer la protection des populations et de leurs biens. Depuis le déclenchement des événements, on ne pouvait pas fermer les yeux, ni manger correctement. En dehors de toute autre considération professionnelle par rapport à la tenue, nous sommes des êtres humains et des croyants en plus. Il faut mettre tout au nom du bon Dieu, du tout puissant. Gardez le calme. Cette situation peut arriver à n’importe qui. C’est Dieu qui avait tracé que ce monsieur devait mourir dans ces circonstances. Musulmans comme chrétiens croyons en Dieu. Ce n’est pas la brutalité, ce n’est pas la violence qui peut régler cette situation. Nous, gendarmes, nous avons fait ce que nous devions faire. Nous les avons arrêtés et ils seront déférés. Si vous voyez au clair. Ça ne peut pas remplacer celui qui est décédé. Il est parti pour de bon. Il faut savoir raison garder. Priez pour notre jeune frère là et oubliez la violence. La violence ne règle rien dans ce monde. Le Sénégal est un pays démocratique. Quelques  soient  ton titre, ta fonction, si tu commets des crimes comme ça, tu seras arrêté. Ne vous faites pas une loi, laissez-nous faire notre travail. Soyez diplomates, c’est la meilleure solution. Si de tels cas arrivent, n’utilisez pas la violence. Hier quand, je suis arrivé, j’ai parlé aux jeunes. Ils ont arrêté partout dans la région. Nous tous quitterons ce bas monde ».

Print Friendly, PDF & Email