La nouvelle équipe de l’Association des Minorités Ethniques (AME) est plus que jamais  déterminée à mettre la structure sur les rails du développement afin de permettre aux acteurs culturels du pays Bassari de vivre de leur art.

DSC00872

« Ce renouvèlement va donner un nouveau souffle en boostant la dynamique de l’AME pour lui permettre de réaliser ses modestes ambitions qui seraient proportionnelles à la hauteur des ses moyens. Pour ce faire, l’AME solliciterait sa meilleure prise en compte voire son intégration dans le Plan Sénégal Emergent(PSE). Cela permettrait de mieux outiller par le biais de  conventions  adaptées les responsables de troupes tout comme les membres du bureau de l’AME sur les nouveaux enjeux de la culture des sessions de formation tant administratives matérielles que financières de ces derniers .Ce serait un intrant de taille tout comme le serait une formation sur les modalités de conception d’une chorégraphie, de spectacles à partir d’une thématique ou d’un cycle de vie. Avec l’appui du village communautaire désormais siège de l’AME, avec l’appui des différents partenaires dont le conseil départemental de Kédougou, le centre culturel régional de Kédougou, le conseil général de l’Isère, de TETRAKTYS ,du ministère de la culture, du PNUD, de l’UNESCO, de l’ambassade du royaume d’Espagne, l’AME solliciterait l’organisation d’ateliers de conception, de confection d’instruments musicaux traditionnels propres à chacune des ethnies de l’AME, instruments qui à cause du modernisme sont en train de disparaître mais également la restauration de certains sites historiques traditionnels au moyen de la convention de gardiens du patrimoine, de la création de quelques emplois, il conviendrait que les artistes vivent de leur art, que l’art nourrit son homme ».

DSC00932

La relance du festival des minorités ethniques

« L’organisation du festival en juin est inscrit  dans l’‘agenda culturel  de l’AME .A travers l’entreprenariat culturel, l’AME, mieux structurée pourrait s’inscrire dans une perspective pérennisation de son patrimoine en œuvrant dans le sens du développement durable par la promotion du  jumelage interculturel et intercommunautaire qui serait le gage d’une perspective de fenêtre à travers l’enracinement et l’ouverture et non une perspective de miroir »

Print Friendly, PDF & Email