Les enseignants ont battu le macadam ce mardi 4 mars 2015 pour exiger de l’Etat le respect des accords du 17 février 2014.

DSC09658

C’est en scandant des  slogans du genre « nous voulons enseigner, respectez les accords, oui à la revalorisation de la fonction enseignante entre autres » que les enseignants  du grand cadre ont arpenté ce mardi 4 mars 2015 la principale artère qui mène vers la gouvernance de Kédougou.

A travers cette longue procession, ils ont été encadrés par des gendarmes déployés pour les circonstances. Etonnés de voir passer cette masse d’enseignants scandant leurs slogans, les passaient, yeux hagards, les observaient en se s’empêchant pas de faire des commentaires.

DSC09684

Une fois à la gouvernance de Kédougou, M Lamine Niang, le porte-parole du grand cadre a lu le mémorandum avant de remettre une copie au représentant de l’Etat, M Ahmadou Coumba Ndiaye, adjoint au gouverneur chargé de développement. Il a promis de transmettre fidèlement ce mémorandum à la hiérarchie afin que des solutions soient trouvées aux doléances soulevées.

DSC09667

Il faut dire que le grand cadre des syndicats de l’enseignement est composé d’une trentaine de syndicats dont (ADES, ADEPT, CDEFS, CUSEMS, ODELS, ODES, OIS, OI/RD, REEL, SAEMSS/CUSEMS, SCEMES, SELS, SELS/A, SELS/O, SIDES, SEPE, SEPPI, SNEEL, SNEEL/FC, SNELAS/CNTS, SNELAS/FC, SYDELS, SYDELS/O, SYPROS, SDEA, FIDUEF, UDEN, UES, SAEMESS, OPES, SNEF).

En plus du débrayage de ce mardi 4 mars 2015 suivi d’une marche, le grand cadre des syndicats de l’enseignement a décrété une grève totale pour la journée du mercredi 5 mars 2015.

Print Friendly, PDF & Email