Les parents du jeune Mamadou Doudou Diallo attendent toujours la réaction de l’administration avant de procéder à l’inhumation de leur enfant tué.

Le jeune détenu Mamadou Doudou Diallo, tué par un pénitencier de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Kédougou sera probablement inhumé ce mardi 30 Septembre 2014. Cependant, la famille de la victime exige avant tout, une autopsie du corps avec à l’appui un certificat attestant que le jeune a réellement été tué par balle.

Il faut dire que le dimanche, les jeunes chauffeurs de Taxi de la commune de Kédougou s’étaient mobilisés en bloquant la circulation au niveau des principales voies de communication du centre-ville.

DSC04918

Le corps de la victime a été transporté de la morgue puis exposé à la brigade de gendarmerie de Kédougou qui fait face à la MAC.

C’est pour la deuxième fois, dans de pareilles circonstances que la jeunesse de Kédougou a toujours agi pour montrer aux présumés meurtriers, aux autorités, à l’opinion nationale et internationale son mécontentement par rapport à ces crimes. Loin d’intimider la jeunesse, ces actes criminels ne feront que tendre à nouveau l’atmosphère entre forces de sécurité (corps militaires, paramilitaires) et populations locales.

« Nous faisons partie du Sénégal. Il faut que les forces de sécurité essayent d’humaniser leurs relations avec la population locale. Pour un rien, les hommes de tenue dégainent leurs armes et tirent sur nos frères, nos enfants. Ça suffit. Nous ne sommes pas des animaux à abattre. Ce n’est pas parce que nous vivons loin de Dakar qu’on nous considère comme des sauvages. Ces gens là n’ont aucune affection pour nos enfants. Trop, c’est trop » a déploré M Diallo un ami de la victime.

Si l’on ne prend pas garde, Kédougou qui demeure encore une poudrière  pourrait s’embraser à tout moment.

Print Friendly, PDF & Email