S D (anonymat), un gardien officiant dans une boutique sise au quartier Ndiormy (ex- Gada-Dinguessou) de Kédougou a été retrouvé ce vendredi 29 novembre 2019 mort dans son lieu de travail.

A la découverte du corps sans vie de la victime, le lieu du crime a été pris d’assaut par une foule de curieux. Des éléments de la police et des sapeurs-pompiers se sont rendus sur le théâtre de l’opération pour le recueil d’indices et les besoins de l’enquête. La dépouille a été déposée à la morgue du centre de santé de Kédougou.

Les coupables ont-ils assassiné d’abord le gardien avant de défoncer la porte arrière de la boutique ? Ont-ils d’abord commencé à défoncer la porte avant d’être surpris par le  gardien ?  Le gardien a-t-il reconnu les délinquants avant que ces derniers ne décident de se débarrasser de lui ? L’enquête suit son cours.

Selon des témoignages recueillis sur place, ce n’est pas la première fois que cette boutique soit vandalisée par des brigands.

« A cause de la pénombre, de l’état des routes, notre quartier reste encore le refuge des brigands, des vendeurs de chanvre indien. Très souvent, la police effectue des rondes dans le quartier. A chaque fois, je suis informé de leurs interventions dans le quartier. Nous demandons aux autorités de renforcer cette surveillance. Les habitants du quartier doivent également coopérer pour que la police puisse repérer, débusquer ces bandits » a témoigné M Lamine Camara, le délégué de quartier Ndiormy.

Pour en savoir plus sur la vie du défunt gardien, nous nous sommes rendus dans son domicile dans le même quartier Ndiormy.

« Mon mari S D a pris congé de nous aux environs de 23 h pour se rendre à son lieu de travail. C’est ici qu’il a laissé un étranger que nous venons de recevoir. J’ai eu 8 enfants avec lui. Il  était âgé de 80 ans .Avant de travailler comme gardien, mon feu-époux était un marchand de bétail. Ce n’est pas dans cette boutique qu’il a commencé à travailler comme gardien. Je ne sais plus comment prendre en charge tous nos enfants » a confié les larmes aux yeux Mme H D, l’épouse de la victime.

Pour l’instant, le lieu du crime et le domicile de la victime ne désemplisse pas de monde. En plus de présenter leurs condoléances à la famille, les curieux s’informent davantage sur les circonstances de la mort du gardien.

Print Friendly, PDF & Email