Le BFEM, session de juillet 2019 a démarré ce matin. M Abou Bâ, adjoint au Gouverneur chargé de Développement a fait une visite dans les centres de la commune de Kédougou.

Cette tournée s’est déroulée en compagnie de M Mamadou Lamine Ly, inspecteur d’Académie de Kédougou, M Mamadou Barry, IEF de Kédougou, de Moustapha Diaw, Préfet de Kédougou, du commandant de la compagnie de Gendarmerie de Kédougou, du chef de service régional de l’Action sociale du président de l’Union Régionale des Associations de Parents d’Elèves(URAPE) entre autres.

Les autorités ont visité  les centres  CEM Maciré Bâ et  CEM annexe Bakary Dansokho.

Le département de Kédougou compte 946 candidats répartis dans 7 centres : Dindéfélo (79 inscrits), Fongolimbi (82), Mako (76), Bandafassi (92), Samécouta (29 inscrits),  Maciré Bâ (252)  et le Cem annexe Bakary Dansokho (336 inscrits).A la suite de cette tournée, l’administration s’est réjouie du bon démarrage du BFEM session juillet 2019 malgré la pluie qui a commencé à s’abattre sur la commune de Kédougou depuis 8h.

« La région de Kédougou compte 16 jurys pour un effectif global de 1483 candidats dont 610 filles. Ces candidats sont répartis dans 14 centres. Nous sommes satisfaits du démarrage du  BFEM. Partout où nous sommes passés le taux d’absence est très faible malgré la pluie de ce matin. L’administration des épreuves a démarré avec un peu de retard. Globalement cela n’entache en rien le bon déroulement de l’examen. Les examinateurs sont présents» a confié M Abou Bâ, adjoint au Gouverneur chargé de Développement.

Les autorités en charge de l’Education ont mis en place à temps des dispositifs pour réussir l’organisation de cet examen.

« Nous avons fait une organisation lointaine à travers les CDD et un CRD. Les IEF ont tenu des réunions avec les chefs de centres pour échanger sur les dispositions à prendre » a précisé M Mamadou Lamine Ly, inspecteur d’Académie de Kédougou

Il a par ailleurs exhorté les partenaires à redoubler d’efforts et les communautés à continuer à faire le plaidoyer pour que les filles puissent rester le plus longtemps possible dans le système.

Print Friendly, PDF & Email