En marge d’un atelier portant sur la relance des soins de santé primaires, Dr Cheikh Sadibou Senghor, le Médecin Chef de Région a exprimé ses sentiments de satisfaction par rapport aux résultats satisfaisants enregistrés par la région.

« Au début c’était la santé pour tous, l’Etat prenait en charge la santé de toutes les populations. Avec les crises qui se sont succédé, l’Etat s’est affaibli à un certain moment et a décidé de réfléchir en impliquant au maximum les communautés dans l’effort de la prise en charge de leur propre santé. Des engagements ont été pris par l’ensemble des Etats  dont le Sénégal pour gérer ces questions d’accessibilité, de disponibilité, d’équité autour du système de santé.

Le Sénégal faisait partie des premiers pays qui ont ratifié et qui ont mis en œuvre les soins de santé primaires en impliquant au maximum les communautés. Cette politique a commencé par la mise en place des postes de santé, des cases de santé pour faciliter l’accès aux soins de santé primaires et l’implication de cette dynamique communautaire  enclenchée au niveau national.

Au bout d’un certain temps, il faut s’arrêter et évaluer. Le Sénégal a été le seul pays en Afrique de l’ouest a été choisi  pour évaluer.  Certes il y a eu des écarts au niveau national, mais la région de Kédougou s’est détachée du reste du pays en termes d’accessibilité et des stratégies  de santé publique du fait des difficultés. Les agents se sont efforcés pour que la santé soit accessible à tous. C’est dans ce  contexte  que nous avons pensé à former les agents communautaires  pour   dérouler des stratégies avancées  à travers les PECADOM, les DESDOM. Beaucoup de stratégies ont démarré dans la région de Kédougou. Par rapport à nos spécificités nous allons faire des contributions  en vue de l’amélioration des soins de santé primaires ».

Print Friendly, PDF & Email