Kédougou a accueilli ce samedi une délégation de la commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation des Armes légères de petit calibre et la cellule de lutte contre le vol de bétail  du ministère de l’élevage et des productions animales en tournée nationale  de sensibilisation.

Avec le développement de l’exploitation minière, la région de Kédougou la destination privilégiée de différents ressortissants de la sous-région. Ce qui pose en plus un problème de sécurité avec notamment la circulation des ALPC. Un phénomène qui accentue le vol du bétail.

C’est pourquoi, la commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation des Armes légères de petit calibre et la cellule de lutte contre le vol de bétail du ministère de l’élevage et des productions animales sont en tournée nationale  de sensibilisation.

Contre une utilisation illicite des armes légères

DSC00178« Il s’agit d’une campagne de sensibilisation et d’information sur les impacts des ALPC sur la sécurité humaine. Nous avons  corrélé cela à la circulation des ALPC qui facilite le vol du bétail. Au niveau du ministère, il y a la commission de lutte contre le vol de bétail qui prend en charge ces questions .Elle a dégagé un plan d’action avec des stratégies de mise en œuvre de ce plan d’action  parmi lesquelles, la révision du cadre législatif, la révision du cadre réglementaire, l’identification du bétail » «  a laisse entendre Dr Abba Leye Sall

Elle a toutefois précisé que des propositions ont été faites pour criminaliser le vol de bétail .Tout le dispositif réglementaire sera verrouillé, le receleur, le pisteur et le voleur encourent la même peine. Force est de constater que pour gagner ce combat, il faut mettre en œuvre des actions qui dépassent les limites du territoire national.

Nous ne pouvons pas juguler seuls la circulation des ALPC …

« Kédougou  au niveau cède au la circulation des armes légères, nous ne pouvons pas  la juguler seulement DSC00181avec notre propre politique nationale .Il nous faut donc une synergie avec les pays environnants, le Mali, la Guinée, la Mauritanie, la Gambie. Tous ces pays connaissent de prés ou de loin des problèmes liés à la prolifération des armes légères au même titre que le Sénégal. » a souligné M Honoré George Ndiaye, Directeur exécutif du MALAO et président du RESAAL

Il reviendra à la charge pour dire  qu’il a été demandé « à chaque état de mettre en place un plan de lutte contre les ALPC. Nous aimerons que les populations puissent être partie prenante et vraiment participer aux politiques sécuritaires  qui seront mises en œuvre au niveau de la région ».

Les populations et la société civile sont invitées à contribuer pour lutter efficacement contre ce mal des temps modernes.

Adama Diaby

Print Friendly, PDF & Email