En prélude du démarrage de la campagne de masse contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN), la région médicale de Kédougou a abrité ce lundi 17 décembre 2018 un pont de presse.

Face aux représentants des organes de presse, Docteur cheikh Sadibou Senghor, le médecin-chef de région a décliné les objectifs visés à travers  cette présente campagne portant sur la Filariose lymphatique, l’onchocercose, la bilharziose et les géo helminthiases.

« Il y a une diminution d’intérêt pour les grandes firmes pharmaceutiques. Il n’y a pas d’engouement autour de ces maladies tropicales négligées. C’est pourquoi, nos dirigeants ont pris l’option d’éradiquer toutes ces maladies qui n’existent que dans nos pays d’ici 2020. Cette campagne a pour cible toutes les  personnes  à l’exception des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans.

Il reviendra à la charge pour apporter plus de précisions sur chacune des maladies ciblées par cette campagne.

«  La filariose lymphatique  est une maladie causée par une filaire transmis par l’anophèle. Elle est occasionnée généralement par le défaut d’assainissement et d’hygiène. La filariose peut entraîner des grosses bourses. L’onchocercose est une maladie parasitaire  causée  par un ver appelé onchocerca volvulus.. Elle est communément appelé, « maladie des greniers vides ».  37 millions  de personnes sont infectées dans le monde. La transmission  cutanée  se fait par un vecteur appelé  la simulie. Les cours d’eau sont des facteurs favorisants de cette maladie dont les signes cliniques sont entre autres des lésions cutanées  tenaces et rebelles au traitement  classique. La principale complication liée à cette maladie est la cécité irréversible. La bilharziose est une affection parasitaire  due à des vers plats hématophages. Les facteurs  favorisants sont  l’existence de collection d’eau douce, l’absence d’hygiène fécale et urinaire, les contacts mollusque- homme. Les géo helminthiases  sont des maladies parasitaires causées par des vers »  a confié Dr Senghor.

Au même titre que les journalistes, au même moment, les Infirmiers Chefs de postes (ICP) suivent une session d’orientation sur l’organisation de cette campagne contre les MTN. Les  enseignants  et les acteurs communautaires dont les badiénu gox seront également orientés .Les enseignants  formes  auront  la charge d’administrer les médicaments aux élèves et les relais se chargeront des enfants qui ne sont pas dans les écoles et daaras. Les districts  et autres points de prestation prendront en charge tous les cas d’effets secondaires signalés. Toutefois, il est recommandé d’administrer ces médicaments à des sujets qui ne sont pas à jeun.

Print Friendly, PDF & Email