Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le site echosdescollines.com vous dresse cette semaine le portrait de M Mady Samoura, un homme qui tire son épingle du jeu à partir de l’arboriculture et du maraichage.
Natif de Dindifa (département de Saraya), M Mady Samoura a passé toute son enfance à Mandankholing, un village distant de Khossanto d’environ 12 Km. 18 ans de labeurs ont permis à l’homme d’acquérir de nombreuses expériences dans l’agroforesterie.


« Je me suis engagé dans l’arboriculture en 2000 au lendemain de la prestation de serment du président Abdoulaye Wade. Son discours prononcé ce jour-là a éveillé en moi un fort désir de retourner vers la terre. Depuis lors, j’ai travaillé avec les volontaires du corps de la paix américains. Ils m’ont formé pendant 4 ans sur les techniques d’arboriculture, d’agroforesterie » a précisé M Samoura.
Grâce à son engagement et à sa persévérance à l’œuvre, M Mady Samoura a bénéficié de l’accompagnement de la société Randgold qui lui a foré un puits. A l’époque, le projet USAID /Yaajeende avait mis à sa disposition 100 pieds de manguiers, 50 orangers et 15 espèces de citronniers. C’est ce qui lui a permis de disposer aujourd’hui d’un parc à bois très convoité. En saison sèche, il prend toutes ses précautions pour faire des pare-feux afin de préserver ce riche patrimoine.
De 2 ha au début, M Mady Samoura possède aujourd’hui une superficie de 5 ha de plantation d’arbres fruitiers. Il parvient à satisfaire aux besoins des membres de sa famille.


« C’est grâce au projet Usaid/Yaajeende que je me suis activé dans la production de la pomme du sahel. Tous les 3 jours, je récolte en moyenne 40 à 50 kg de pomme du sahel .La récolte est vendu dans les villages voisins (Tenkoto, Khossanto entre autres. chaque année, ma production augmente et j’ai beaucoup de clients qui achètent mes produits. Je suis parvenu à acheter un tricycle, pour acheminer ma production vers les marchés potentiels vendre » a-t-il confié.


En plus de cette activité d’agroforesterie, M Mady Samoura pratique du maraichage et fait de la prestation de services. Il est souvent sollicité dans les villages voisins pour le greffage des plantes. Il entretient également une petite pépinière de plantes qu’il revend dans les villages environnants. Les revenus tirés de ces différentes activités lui permettent de vivre décemment. C’est pourquoi, il a juré de ne jamais abandonner ces activités au profit de l’orpaillage traditionnel.
Toutefois, M Mady Samoura a exprimé le besoin de disposer d’un système d’irrigation performant qui lui permettra de disposer d’assez l’eau à sa portée pour bien pouvoir s’occuper de ses plantes.

Today view: 2 - Total View: 106