Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Qui joue avec sa jeunesse vivra une vieillesse difficile. Mady Dangnokho, conseiller municipal à Khossanto n’a pas caché d’exprimer ses regrets de sa tendre enfance aux membres du Conseil Municipal des Enfants de Khossanto, réunis dans le cadre d’un atelier de renforcement de capacités sur les droits de l’enfant.

«Je rêvais de devenir un jour ministre ou président de la République. Mes parents m’ont mis à l’école pour apprendre et pour avoir beaucoup de connaissances. Je suis resté à l’école pendant 5 ans. Par la suite, j’ai été influencé par mes camarades qui n’étaient pas à l’école mais qui commençaient déjà à gagner un peu d’argent.  A cause de leur pression, je ne pouvais plus rester à l’école. J’ai abandonné l’école pour chercher du travail. A l’époque j’ai été recruté comme employé de la société BRGM à Saraya. Quelques années plus tard cette société a arrêté ses activités, je me suis retrouvé au chômage sans aucune qualification. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à regretter d’avoir abandonné très tôt mes études. J’ai été contraint de partir en aventure. A mon retour j’ai repris l’agriculture ma seule issue de secours. C’est dans cette activité que j’ai pu épouser une femme et entretenir mes enfants. Si je savais j’allais me consacrer à mes études et je ne me laisserai pas influencer pas mes camarades »

Ce récit de vie interpelle surtout les enfants de la région de Kédougou où il n’est point rare de constater des cas d’abandons scolaires au profit des sites d’orpaillage traditionnel. L’or est une ressource épuisable et non renouvelable. Le savoir est éternel et utile pour le reste de la vie.

Today view: 1 - Total View: 114