Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

 Ils sont des milliers d’enfants dans le monde à voir leurs rêves d’enfance se briser du fait de l’opposition de leurs parents pourtant censés défendre leurs droits les plus élémentaires.

Mamadou Cissokho dit « Dou », fils d’un ancien inspecteur de l’enseignement élémentaire fait partie de cette catégorie d’enfants dont l’avenir a été hypothéqué à jamais. A l’occasion d’une session de formation organisée au profit des membres du Conseil Municipal des Enfants (CME) de Khossanto, cette victime a bien voulu partager ses regrets avec les enfants appelés à assurer la relève pour une meilleure protection des droits de l’enfant dans cette commune.

« J’ai deux grands regrets dans ma vie. J’ai été admis au  concours d’entrée au prytanée militaire. Dans l’ancienne région de Tambacounda, à l’époque, nous étions deux élèves à être admis. Mais mon papa qui était inspecteur de l’enseignement élémentaire à Kédougou pendant 5 ans n’a jamais accepté que j’aille au prytanée militaire. Je suis resté  côté de lui. A l’âge de 18 ans, à son insu, je suis allé faire les formalités pour le recrutement dans l’armée. J’ai été apte, mais là aussi mon papa s’est formellement opposé que je m’engage dans l’armée. C’est alors que je me suis consacré au football. Comme j’étais un grand gardien de but, un ami a voulu m’amener à la Jeanne d’Arc (JA) de Dakar, mon papa s’y est encore opposé. Si c’était à refaire, je n’irai pas dans l’armée mais je serai un grand footballeur ».

Today view: 2 - Total View: 126