Ibrahima Touré, conseiller régional en renforcement du système de santé, Bureau régional de coordination du programme USAID Santé apporte plus de précisions à la rédaction du site echosdescollines.com

Quelles différences entre les comités de santé les comités de Développement de la Santé ?

« Ces comités ont connu un peu de changement en rapport avec l’acte 3 de la Décentralisation. Jusque là, il n’y avait pas d’articulation satisfaisante entre le fonctionnement des comités de santé et celui des collectivités locales. En réalité, au niveau de la collectivité locale, il y avait le comité de gestion de la santé qui devait travailler étroitement avec les comités de santé pour leur doter de ressources  et aussi pour contrôler la gestion de ces ressources. Mais il s’est trouvé que ce dispositif n’a pas bien marché. L’acte 3 de la Décentralisation renforce de plus en plus les compétences des élus. C’est une opportunité offerte pour que les conseillers assurent un rôle beaucoup plus prépondérant au niveau des collectivités locales. La nouveauté par rapport au comité de santé, c’est que cette fois-ci, les comités de développement sanitaire vont fonctionner sous la tutelle des élus locaux. Ce sont les élus locaux qui doivent diriger les Assemblées Générales Electives. Mais également, le maire doit présider le conseil de Direction  où il y aura non seulement le président et le trésorier du secrétariat exécutif, les responsables de la formation sanitaire mais également deux autres élus locaux en dehors du maire qui vont siéger dans ce Conseil de Direction. Ce Conseil de Direction fonctionnera comme un Conseil d’Administration pour recevoir les rapports administratifs  du secrétariat  exécutif  du CDS. Il reçoit également le bilan financier  du trimestre. Sur la base de ces informations, le Conseil de Direction dirigé par le maire va statuer et valider le document qui a été soumis. Il va aussi dégager et valider un budget sur lequel le secrétariat exécutif devra travailler pendant les 3 mois à venir. L’autre changement majeur qu’il y a dans les comités de santé c’est qu’avant, on parlait de bureau du comité de santé, maintenant c’est un secrétariat exécutif qui remplace le bureau mais en réalité, la composition est quasiment la même. Dans ce secrétariat exécutif, on s’attend à ce que le président comme le trésorier assistés du responsable de la formation sanitaire fassent un rapport et un bilan financier à adresser au conseil de direction dirigé par le maire.il y aura un accompagnement et un suivi constants de la collectivité locale sur les activités du comité de Développement Sanitaire. Le CDS tel que conçu, c’est quasiment deux entités, une entité gérée au niveau de la collectivité locale et dirigée par le maire et une entité qui est au niveau  des structures de santé qui est dirigée par un président communément appelé secrétaire exécutif assisté sur le plan technique par le responsable de la formation sanitaire ».

Quelle sera la meilleure stratégie pour que les femmes accèdent au CDS ?

« Pour entrer dans les CDS, il faut être élu. Pour cela, il faudrait qu’il y ait une affirmation des femmes, une volonté manifeste des femmes à entrer dans ces comités. Il faut que les femmes soient solidaires entre elles. Il faut qu’elles fassent également le plaidoyer auprès des autorités administratives et territoriales qui vont diriger les opérations d’élections des membres du  CDS. Elles auront aussi besoin d’aller négocier avec les autres segments de la population comme les groupes de jeunes, les élus locaux, les membres des mutuelles de santé et les chefs de quartiers pour être élues dans ces comités de santé. Il faut que les femmes soient plus confiantes pour assumer les rôles qui sont attendus d’elles. Pour vraiment jouer son rôle de leader, il faut qu’on ait confiance en soi mais également être capacité sur les missions de gestion, les missions de mobilisation mais aussi d’encadrement des autres femmes afin que tout le monde puisse avoir accès à la santé »

Print Friendly, PDF & Email