Kédougou : L’ONG SADEV veut pour Tomboronkoto de nouveaux types de citoyens plus engagés et redevables…

 La salle de délibérations du conseil municipal de Tomboronkoto abrite depuis ce lundi 11 juin 2018 un atelier de renforcement de capacités des élus locaux, jeunes et femmes, des organisations de la société civile et des médias sur les instruments juridiques pertinents du secteur minier.

Cet atelier de formation entre dans le cadre du projet « Baromètre  de  mesure de l’action des élus locaux  dans la promotion des droits des communautés des zones minières  dans les régions de Kédougou, Saint-Louis, Thiès  et Matam ». Il découle du programme 2018-2020 d’Oxfam au Sénégal, programme intitulé « Pour un engagement citoyen en faveur de la transparence et de la redevabilité des ressources extractives et financières »

Il faut dire que ce projet « Baromètre  de  mesure de l’action des élus locaux  dans la promotion des droits des communautés des zones minières  dans les régions de Kédougou, Saint-Louis, Thiès  et Matam » est financé par Oxfam. Pour une utilisation rationnelle des ressources, sa mise en œuvre est assurée par le consortium Enda Diapol, l’ONG SADEV, ARADES, le forum civil Thiès et l’ONG JED.

Ce projet se fixe comme principal objectif d’encourager la participation des jeunes et des femmes élus locaux ou membres d’Organisations de la Société Civile (OSC) aux processus de gouvernance communautaire liés au secteur minier, à travers l’administration du baromètre de mesure de l’action des élus locaux.

C’est ce qui justifie l’organisation à Tomboronkoto de cet atelier de renforcement de capacités  des élus locaux, jeunes et femmes, des organisations de la société civile et des médias sur la maitrise de la réglementation minière.

«Nous avons jugé important de former les élus afin qu’ils puissent pouvoir  négocier pour que la commune de Tomboronkoto puisse bénéficier des retombées de l’exploitation minière.  L’autre aspect que nous recherchons, c’est pour permettre aux acteurs d’avoir une bonne vision sur la gestion du budget. Les populations  ne doivent pas être les dindons de la farce. Il faut former les élus  afin qu’ils puissent avoir des arguments juridiques solides pour la défense et la promotion des droits des communautés (droits socioéconomiques, environnementaux, humains). Nous souhaitons que les populations puissent faire face à tous les enjeux » a confié M Abdoul Karim Keita, président de l’ONG SADEV.

Pour cette première journée, le consultant M Djibril Cissokho s’est focalisé sur le Budget  afin d’amener les participants à maîtriser la nomenclature budgétaire, le processus et le calendrier élaboration du budget, à connaître les différentes sources de recettes et à faire le suivi budgétaire.

« J’ai fait des cours de finances publiques à l’université mais ici, j’ai remarqué qu’il y a différence entre la théorie et la pratique. Je vois les difficultés. Le contrôle de la gestion du budget passe d’abord par l’appropriation des contenus. Il va falloir démultiplier cette formation dans nos langues nationales. Cette formation  galvanise davantage notre engagement. Nous allons encore redonner confiance aux jeunes afin qu’ils puissent s’impliquer dans la gestion de notre commune. Néanmoins, il faudrait  faire de telle sorte que la jeunesse puisse aussi bénéficier de ces genres de formations » a indiqué M Balla Moussa Daffé, le président du Conseil Communal de la Jeunesse de Tomboronkoto..

Pour montrer à l’opinion publique que les explications du consultant ne sont pas entrées dans l’oreille d’un sourd, M Manga Diallo, conseiller municipal a promis d’améliorer ses démarches et celles de ses autres collègues.

« Autrefois, nous ne faisions que voter le budget. Désormais, nous allons trouver une commission qui suivra l’exécution du budget à travers le compte administratif. Nous irons vers les communautés pour leur restituer les contenus de cette formation. Cette formation est venue à son heure. Nous allons passer à une nouvelle phase dans nos démarches »a-t-il dit.

Cette session de formation se poursuivra le 12 juin abordera la réglementation budgétaire. Il s’agira d’amener les participants à comprendre certains aspects relatifs au secteur minier notamment le titre minier, la RSE (la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise), la réglementation minière, à connaître les garanties et les opérations attachées sur l’exercice des opérations minières, à connaître la répartition et affectation  des recettes  minières.

Au troisième jour, le 13 juin  les participants seront éclairés sur des notions relatives  à la participation et au contrôle citoyen, aux devoirs et droits des citoyens, l’intérêt de la participation citoyenne, les outils de participation  et de contrôle citoyen. Il leur sera également rappelé les enjeux et défis de la participation citoyenne.

Today view: 1 - Total View: 157